Le fonds spéculatif Perry Capital au bord du dépôt de bilan

New York (awp/afp) - Perry Capital, un des plus importants fonds spéculatifs américains, a annoncé lundi soir fermer son principal véhicule d'investissements en raison des difficultés actuelles du secteur, affecté par la prudence des investisseurs, sur fond de ralentissement économique mondial.

"Même si je continue à croire très fort aux investissements que nous effectuons (...) l'industrie et les vents contraires contre nous sont plus forts et il est difficile de prévoir quand nos positions porteront leurs fruits", écrit dans une lettre Richard Perry, qui a fondé Perry Capital en 1988 avec Paul Leff, un autre vétéran du secteur.

M. Perry, 61 ans, un ancien de Goldman Sachs sous l'ère de Robert Rubin, ancien secrétaire au Trésor, est l'un des gérants de fonds spéculatifs les plus estimés dans la communauté financière.

Son fonds a connu une période glorieuse ayant culminé en 2007 avec 15 milliards de dollars d'actifs sous gestion, d'après la presse américaine, conséquence d'un pari réussi de 1,5 milliard contre les crédits immobiliers subprime.

C'était également l'époque où les investissements alternatifs proposaient des taux de rendements d'au moins 10%.

Mais l'industrie a été redessinée par l'apparition des fonds indiciels et des techniques de courtage automatisés qui incitent les investisseurs à se détourner des hedge funds dont les frais sont par ailleurs élevés.

Les investisseurs ont retiré entre 8,2 et 10,7 milliards de dollars des fonds spéculatifs au deuxième trimestre, selon les cabinets Hedge fund Research et eVestment. Ces sorties faisaient suite à des retraits estimés à 15 milliards de dollars au premier trimestre.

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) et les incertitudes sur la croissance mondiale devraient encore accélérer ces mouvements, estiment les analystes.

afp/al

(AWP / 27.09.2016 06h32)