Le gouvernement danois évite la chute en intégrant deux partis

Le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen a annoncé dimanche l'élargissement de son gouvernement minoritaire à deux nouveaux partis, de droite. Avec ces deux apports s'éloigne le spectre d'une chute du gouvernement après un différend sur la fiscalité.

Le gouvernement de M. Rasmussen n'était jusqu'à présent composé que de son parti, Venstre (centre droit), qui détient 34 des 179 sièges au parlement. Il s'élargit désormais à l'Alliance libérale et au Parti populaire conservateur.

"Nous sommes tombés d'accord sur un programme commun, donc Venstre, l'Alliance libérale et le Parti populaire conservateur peuvent constituer, demain, un gouvernement tripartite", a déclaré à la presse M. Rasmussen. Le nouveau gouvernement devrait être présenté lundi à 11h00. Jusqu'à présent, le Premier ministre gouvernait grâce au soutien extérieur, notamment, de ces deux formations.

Or, l'Alliance libérale avait menacé de faire chuter le gouvernement s'il ne réduisait pas de cinq points de pourcentage le taux d'imposition de la tranche de revenus la plus élevée. Cette exigence a amené le Premier ministre à entamer des pourparlers il y a une semaine avec les deux partis pour éviter une telle perspective.

Coalition toujours minoritaire
Les trois partis ont annoncé dimanche être tombés d'accord sur une réduction du taux marginal d'imposition et une réduction du nombre des Danois se trouvant dans la tranche d'imposition la plus élevée. Même élargie, la coalition restera minoritaire avec 53 sièges et dépendra toujours du soutien du Parti populaire danois (anti-immigration, 37 sièges).

Lars Lokke Rasmussen, au pouvoir depuis juin 2015, a vu sa cote de popularité baisser en s'attaquant à une protection sociale que les libéraux jugeaient trop généreuse, ainsi qu'au budget de l'Education nationale.

Sa politique durcissant les conditions pour les immigrés et demandeurs d'asile, très critiquée à l'étranger, a en revanche fait l'objet d'un consensus, y compris parfois au sein du premier parti d'opposition, les sociaux-démocrates.

(ats / 27.11.2016 17h35)
News les plus lues