Le groupe de forages pétroliers Seadrill se place en faillite

New York - Le groupe de forages pétroliers Seadrill a conclu un accord avec ses principaux créanciers et s'est placé sous la protection de la loi américaine sur les faillites (chapter 11), a-t-il annoncé mardi soir dans un communiqué.

Touchée de plein fouet par la chute du cours du baril survenue alors que l'entreprise avait engagé de lourds investissements, Seadrill était engagée depuis des mois dans de délicats pourparlers avec ses créanciers et avait prévenu fin août de l'imminence de cette mise en faillite.

La société, cotée à Oslo et New York, "a conclu un accord de restructuration avec plus de 97% des banques lui ayant accordé des prêts, avec environ 40% des détenteurs d'obligations et avec un consortium d'investisseurs mené par son plus important actionnaire, Hemen Holding", est-il détaillé dans le communiqué.

L'accord, qui devrait permettre au groupe de continuer à fonctionner au quotidien, apporte notamment à Seadrill 1,06 milliard de dollars de capitaux frais et reporte d'environ cinq ans les échéances de remboursement de 5,7 milliards de dollars de dette.

"C'est la preuve de notre position dans le secteur, avec une flotte importante et moderne, une base de clients de qualité et de solides antécédents", a commenté le directeur général du groupe Anton Dibowitz, cité dans le communiqué.

"Avec l'amélioration de notre structure capitalistique, on sera en bonne position pour en profiter quand le marché repartira", a-t-il ajouté.

Déposé devant un tribunal texan, l'accord doit encore être approuvé par un juge.

La dette nette du groupe frôlait les 8 milliards de dollars fin juin, sans compter les engagements financiers auprès des chantiers navals.

Le groupe contrôlé par le milliardaire chypriote d'origine norvégienne John Fredriksen via sa société Hemen Holding avait évoqué dès février la possibilité de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, mais les dates butoirs pour un accord avaient à chaque fois été repoussées.

jum/leo

SEADRILL


(©AFP / 13 septembre 2017 03h59)
News les plus lues