Le pétrole diminue ses pertes mais reste en baisse

Bien lire que le WTI a atteint un plus bas à 47,84 dollars et non pas 47,87 dollars

Londres (awp/afp) - Les cours du pétrole restaient en baisse mardi en cours d'échanges européens mais effaçaient une partie de leurs pertes après avoir touché plus tôt dans la journée des plus bas depuis fin 2017.

Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 58,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,11 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour janvier perdait 1,33 dollar, à 48,55 dollars, une heure après son ouverture.

Vers 09H05 GMT, les prix sont tombés à 57,20 dollars pour le Brent et à 47,84 dollars pour le WTI, des niveaux plus vus depuis respectivement octobre 2017 et septembre 2017. Le WTI était déjà tombé à un plus bas en 15 mois lundi.

"La stabilisation du marché du pétrole fait déjà partie de l'histoire et l'effet de la réduction de la production annoncée par l'Opep s'est entièrement évaporé", ont annoncé les analystes de Commerzbank.

Confrontée à une chute des cours, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole s'est mise d'accord début décembre avec ses partenaires, dont la Russie fait partie, pour réduire sa production d'environ 1,2 million de barils par jour (mbj) à partir de janvier.

Mais lundi, "la Russie a rapporté que sa production de brut avait pour le moment atteint un niveau record de 11,42 mbj en décembre", ont expliqué les analystes de Commerzbank.

Selon eux, cette information a accru les doutes sur le fait que le pays soit capable de réduire sa production à partir de janvier, comme cela a été décidé avec l'Opep.

De plus, "la chute généralisée des marchés actions du fait des inquiétudes persistantes sur la croissance économique" mondiale entraîne des "craintes de révisions à la baisse de la croissance de la demande de pétrole", a souligné Tamas Varga, analyste pour PVM.

Mercredi, les analystes se tourneront vers les données hebdomadaires sur les réserves américaines, qui seront publiées par l'Agence américaine d'information sur l'Energie.

Pour la semaine achevée le 14 décembre, les analystes tablent sur une baisse de 3,25 millions de barils des stocks de brut, sur une hausse de 1,5 million de barils de ceux d'essence et de 250.000 barils de ceux de produits distillés, selon la médiane d'un consensus établi par Bloomberg.

ktr/pn/cj

(AWP / 18.12.2018 16h16)