Le pétrole progresse en attendant les chiffres officiels sur les stocks américains

Londres - Les prix du pétrole progressaient mercredi en cours d'échanges européens, après des chiffres sur la baisse des stocks des États-Unis et en attendant ceux, plus officiels, du gouvernement américain.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 61,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 99 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour janvier gagnait 95 cents à 52,60 dollars.

Mardi, les chiffres de la fédération professionnelle API ont fait état d'une baisse des stocks de brut américains de 10,2 millions de barils sur la semaine achevée le 7 décembre, tandis que les analystes tablaient sur une diminution de 3,5 millions, a souligné Warren Patterson, analyste pour ING.

Plus tard dans la journée, les investisseurs s'intéresseront aux chiffres de l'Agence américaine d'information sur l'Énergie, considérés comme plus fiables.

Pour la semaine achevée le 7 décembre, les analystes tablent sur une baisse de 3,5 millions de barils des stocks de brut, sur une hausse de 2,25 millions de barils de ceux d'essence et de 1,85 million de barils de ceux de produits distillés, selon la médiane d'un consensus établi par Bloomberg.

De plus, "la baisse de la production en Libye cette semaine ajoute au sentiment haussier", a expliqué Bjarne Schieldrop, analyste pour SEB.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a indiqué lundi dans un communiqué avoir décrété l'état de "force majeure" dans le champ d'al-Charara, qui produit 315.000 barils par jour, sur une production globale libyenne de plus d'un million de b/j, selon la compagnie.

Ce blocage affectera également la production dans le champ voisin d'al-Fil (73.000 b/j) approvisionné en électricité par al-Charara, a déploré la NOC.

"Cependant, les investisseurs et les producteurs craignent un nouveau tsunami de pétrole de schiste américain à la fin 2019 et en 2020 tandis que de nouveaux pipelines sont en train d'être installés" aux États-Unis, a ajouté M. Schieldrop.

Dans un rapport mensuel mardi, l'EIA a affirmé que la production américaine avait été de 11,5 mbj en moyenne en novembre, et qu'elle devrait être de 12,1 mbj en 2019.

Plus tard dans la journée, les investisseurs prendront également connaissance du rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. L'organisation, avec ses partenaires, s'est accordée la semaine dernière sur une future baisse de la production de 1,2 million de barils par jour, une annonce qui n'a pas permis aux cours de se reprendre durablement.

ktr/jbo/tho

ING GROEP

SEB SA

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

(©AFP / 12 décembre 2018 11h17)