Le pétrole recule en Asie

Singapour (awp/afp) - Les cours du pétrole reculaient jeudi en Asie, les investisseurs craignant une hausse des quotas de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) lors de sa réunion du 22 juin.

Vers 04h00 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI), la référence américaine du brut, pour livraison en juillet, cédait un cent à 66,63 dollars.

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne, pour livraison en août, perdait 20 cents à 76,54 dollars.

Depuis début 2017, le cartel et dix autres producteurs, dont la Russie, limitent leurs extractions, dans le but de compenser une production abondante aux Etats-Unis et de faire remonter les cours.

Le 22 juin à Vienne, l'Opep devrait réexaminer la situation alors que les cours ont franchi cette année le seuil des 80 dollars sur fond de problèmes de production au Venezuela et de sanctions américaines contre l'Iran.

Le président américain Donald Trump s'en est pris une nouvelle fois à l'Opep mercredi, déclarant sur Twitter: "Les prix du pétrole sont trop élevés, c'est encore l'OPEP qui est à la manoeuvre. Pas bon!"

Certains analystes relèvent cependant que les sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela n'y sont pas pour rien.

"L'Iran a répliqué que les Etats-Unis ne peuvent pas imposer des sanctions à deux membres de l'Opep tout en accusant l'Opep d'être responsable de la volatilité des cours", a déclaré Greg McKenna, analyste chez AxiTrader.

"Il y aura peut-être une bataille mais il me semble que les Saoudiens et les Russes vont vraisemblablement vouloir modifier l'accord actuel lors de la réunion de 22 juin".

Parallèlement, le marché est soutenu par un recul marqué des stocks américains de brut, d'essence et d'autres produits distillés.

Les réserves commerciales de brut aux Etats-Unis ont chuté de 4,1 millions de barils, d'après un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Les réserves d'essence ont baissé de 2,3 millions de barils et celles d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont diminué de 2,1 millions de barils.

"Ce recul inattendu a pris les marchés par surprise", a souligné Stephen Innes, analyste chez Oanda. "Mais comme on l'a vu toute la semaine, au vu des incertitudes sur une hausse vraisemblable de la production et une production record de pétrole de schiste américain, les cours ne décollent pas trop haut".

Mercredi, le Brent a clôturé à 76,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,06 dollar.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le WTI a avancé de 28 cents à 66,64 dollars.

str-mba-ev/plh

(AWP / 14.06.2018 06h18)
News les plus lues