Le pétrole remonte mais la production américaine inquiète

Londres (awp/afp) - Les cours du pétrole remontaient jeudi en fin d'échanges européens sur des achats à bon compte dans un marché inquiet des signes de hausse de la production américaine.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 62,08 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 86 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de janvier gagnait 68 cents à 56,64 dollars.

"La réunion entre l'Opep et ses partenaires de la semaine dernière semble déjà être de l'histoire ancienne", a commenté Tamas Varga, analyste chez PVM.

Sous l'impulsion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de la Russie, 24 pays producteurs ont renouvelé un accord de limitation des extractions dans le but de rééquilibrer le marché mondial en forçant les pays importateurs à user de leurs réserves de brut.

Mais depuis cette annonce, les signes d'un rebond de la production des Etats-Unis, qui ne sont pas tenus par l'accord, ont participé à une baisse des cours.

"selon les données officielles de la semaine dernière la production était en septembre de 9,48 millions de barils par jour, et les décomptes de (l'entreprise de services) Baker Hughes font état de quatre semaines consécutives de hausse du nombre de puits actifs aux Etats-Unis", ont noté les analystes de BNY Mellon.

Depuis ces annonces la semaine dernière, les données gouvernementales sur les réserves américaines publiées mercredi ont fait état d'une hausse des stocks d'essence et de produits distillés.

"En d'autres termes, l'Opep n'a offert qu'un accord que le marché avait intégré dans ses prix depuis longtemps, et ces données semblent montrer que la production américaine efface les efforts de l'Opep", ont ajouté les analystes de BNY Mellon.

"Les prochains éléments d'informations majeurs seront diffusés la semaine prochaine avec les rapports mensuels de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie", a expliqué Matt Smith, de ClipperData.

js-jum/jbo/eb

(AWP / 07.12.2017 18h09)
News les plus lues