Le président ukrainien se félicite de la reconnaissance d'une Eglise ukrainienne indépendante

Kiev - Le président ukrainien Petro Porochenko s'est félicité jeudi de la décision du Patriarcat de Constantinople de reconnaître une Eglise orthodoxe indépendante en Ukraine, saluant la fin des "illusions impériales et des fantaisies chauvinistes" de Moscou.

"La décision d'octroyer l'autocéphalie à l'Ukraine a été prise. (...) Nous avons obtenu l'autocéphalie aujourd'hui", a déclaré M. Porochenko au cours d'une retransmission en direct à la télévision ukrainienne.

"La décision de Constantinople signifie la fin définitive des illusions impériales et des fantaisies chauvinistes de Moscou", a-t-il poursuivi, saluant "un nouvel acte d'indépendance" de l'Ukraine.

"Il s'agit de la victoire du bien sur le mal, de la lumière sur les ténèbres", a assuré le président ukrainien.

La Patriarcat de Constantinople a annoncé jeudi, à l'issue d'un saint-synode de deux jours à Istanbul, avoir décidé de reconnaître en Ukraine une Eglise indépendante de la tutelle religieuse de Moscou.

Il a également pris la décision de "rétablir dans sa fonction hiérarchique" le Patriarche Filaret Denisenko, qui avait autoproclamé un Patriarcat indépendant de la tutelle russe après l'indépendance de l'Ukraine en 1991, ce qui lui avait valu d'être excommunié par Moscou.

Le Patriarche Filaret a affirmé jeudi que les paroisses orthodoxes qui ne reconnaîtront pas la nouvelle Eglise autocéphale et resteront liées au patriarcat de Moscou auront le droit d'exister mais n'auront pas le droit de s'appeler "Eglise ukrainienne" et devront se présenter comme "Eglise russe".

"L'unification n'aura lieu que sur la base du volontariat, sans aucune violence", a-t-il assuré.

Le président Porochenko a de son côté dit qu'il n'y aurait "pas d'Eglise d'Etat" en Ukraine et que le gouvernement respecterait "le choix de ceux qui décideront de rester dans la structure religieuse qui restera unie à l'Eglise orthodoxe russe".

"La création d'une Eglise indépendante ne peut se faire sur la base de la discorde, de l'opposition, de la violence et nous ne le permettrons pas", a-t-il déclaré, affirmant que le but des autorités ukrainiennes n'était pas de "déclencher une guerre religieuse" en Ukraine.

Les orthodoxes dans ce pays sont divisés : une partie appartient à l'Eglise rattachée au Patriarcat de Moscou et une autre partie est fidèle au Patriarcat de Kiev, autoproclamé après l'indépendance du pays en 1992, et qui n'était jusqu'à présent reconnu par aucune Eglise orthodoxe dans le monde.

En Ukraine, l'Eglise dépendante du Patriarcat de Moscou est la plus importante communauté religieuse par le nombre des paroisses, mais les Ukrainiens sont de plus en plus nombreux à rejoindre l'Eglise du Patriarcat de Kiev.

Cette décision historique, qui met fin à 332 ans de tutelle religieuse russe en Ukraine, ne devrait pas manquer de susciter l'ire de Moscou, qui a déjà rompu une partie de ses liens avec le Patriarcat de Constantinople en septembre.

(©AFP / 11 octobre 2018 17h47)
News les plus lues