Le smartphone toujours plus prisé pour les transactions en ligne

Zurich (awp) - De plus en plus de consommateurs en Suisse utilisent leur smartphone pour des achats, des paiements et des virements, même si leur proportion varie selon le type de transaction. En comparaison internationale cependant, le public helvétique reste plutôt retenu, selon une étude publiée mercredi par le cabinet Deloitte.

Plus de neuf adultes sur dix possèdent un téléphone intelligent en Suisse et presque tous (97%) l'utilisent au quotidien, entre autres pour effectuer des achats et des opérations bancaires.

L'ordinateur portable reste en tête des préférences des utilisateurs helvétiques pour le shopping en ligne (37%), devant le PC (24%), le smartphone (19%) et la tablette (11%).

L'étude révèle deux lacunes dans la procédure d'achat et de paiement. La première concerne des carences dans l'optimisation des canaux de vente mobiles, alors que la deuxième se situe entre l'achat avec le smartphone et le paiement dans la boutique en ligne.

Près de trois acheteurs sur smartphone sur quatre (71%) saisissent manuellement les données de leur carte bancaire pour effectuer le paiement, 42% utilisent des systèmes en ligne tels que PayPal ou Twint, mais seulement 8% ont recours aux applications les plus courantes (Apple Pay, Google Pay ou Samsung Pay).

"Grâce aux smartphones, les frontières entre le commerce en ligne et hors ligne disparaissent", constate Konstantin von Radowitz, responsable Consumer & Industrial Products chez Deloitte Suisse, cité dans l'étude. Selon lui, détaillants et producteurs doivent s'adapter à cette nouvelle donne et rendre les achats et paiements mobiles plus attrayants.

Indispensable pour les banques

Pour ce qui est des opérations bancaires au quotidien, le smartphone est fréquemment utilisé pour la consultation du solde en déplacement. Presque un jeune sur deux (45%) le préfère désormais à l'ordinateur, et quasiment la moitié des sondés helvétiques a signalé régler "au moins occasionnellement" ses factures à l'aide d'un appareil mobile.

"Les banques grand public ne peuvent plus se passer de cette liaison pour la mise à disposition d'informations financières et le traitement des transactions", explique Adam Stanford, responsable Industrie des Services Financiers, soulignant que le potentiel des services financiers mobiles est loin d'être pleinement exploité.

En comparaison internationale, la Suisse reste cependant plutôt en retrait en ce qui concerne l'utilisation du smartphone pour des transactions financières.

Pour ce qui est des achats en ligne, elle se situe au-dessus de ses voisins français et allemands, mais légèrement en retrait de la moyenne mondiale. La palme revient à la Chine, où 94% des utilisateurs en milieu urbain ont déjà réalisé des achats sur leur smartphone.

Dans le domaine des opérations bancaires, la Suisse se situe également "devant l'Allemagne et la France, mais nettement derrière la moyenne mondiale de 50% et très loin de celle chinoise de 94%", signalent les auteurs de l'étude.

L'étude Deloitte Global Mobile Consumer Survey a été menée auprès de 54'150 personnes dans 34 pays, dont environ un millier en Suisse.

buc/fr

(AWP / 19.12.2018 11h10)