Les Bourses européennes, confiantes sur le commerce, clôturent en hausse

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont confirmé mercredi leur rebond de la veille, principalement stimulées par l'espoir d'une détente dans le conflit commercial sino-américain, après des propos de Donald Trump jugés constructifs.

Entre la libération sous caution de la directrice financière de Huawei au Canada et "les propos rassurants du président américain sur les chances d'un accord avec la Chine et l'abaissement de 40% à 15% des taxes chinoises sur les voitures américaines importées", "c'est l'apaisement qui domine encore aujourd'hui sur les marchés", a analysé Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Le président américain s'est déclaré mardi prêt à intervenir personnellement dans l'affaire de la dirigeante emprisonnée pour maintenir les bonnes relations économiques avec Pékin.

À New York, Wall Street montait nettement à la mi-séance: vers 17H20 GMT, le Dow Jones prenait 1,57% à 24.753,00 points, le Nasdaq 2,03% à 7.174,30 points, et l'indice élargi S&P 500 1,58% à 2.678,36 points.

Les investisseurs étaient égayés par des informations du Wall Street Journal affirmant que la Chine était prête à ouvrir plus largement l'accès de son économie aux entreprises étrangères.

En Europe, l'Eurostoxx 50 a progressé de 1,72% pour se hisser à 3.107,97 points.

La Bourse de Paris a bondi de 2,15%, l'indice CAC 40 s'établissant à 4.909,45 points à la clôture.

L'ensemble des valeurs de l'indice phare ont terminé dans le vert: Pernod Ricard a pris 5,91% à 148,80 euros, après que le fonds activiste américain Elliott a annoncé détenir plus de 2,5% de la société française, dont il a critiqué la "gouvernance d'entreprise inadaptée".

Effet collatéral, Atos, considéré par les investisseurs comme une cible potentielle du fonds américain ces derniers mois, a décollé de 6,41% à 72,36 euros.

La Bourse de Francfort a aussi fini en hausse, le Dax gagnant 1,38% à 10.929,43 points.

Deutsche Bank a grimpé de 5,81% à 7,86 euros. Selon l'agence Bloomberg, citant des sources anonymes proches du dossier, le gouvernement allemand "cherche des moyens concrets de soutenir" la fusion avec sa dauphine Commerzbank, notamment en encourageant la possibilité légale de créer une holding pour son futur champion bancaire national.

Seule valeur à devancer la banque allemande au palmarès du jour, le groupe de santé Fresenius s'est envolé de 6,86% pour atteindre 42,38 euros.

Deutsche Börse a reculé pour sa part de 1,04% à 109,40 euros.

À Londres, le FTSE-100 a terminé mercredi en hausse de 1,08% à 6.880,19 points, à quelques heures d'un vote de défiance contre la Première ministre britannique Theresa May, qui devrait de l'avis de nombre d'investisseurs sauver son mandat.

Les valeurs du BTP, dont les affaires pâtissent en premier lieu de toute instabilité du Royaume-Uni, ont terminé en conséquence en hausse vigoureuse: Berkeley Group a pris 5,71% à 3.500 pence, Barratt Developments 4,67% à 468,10 pence et Taylor Wimpey 3,65% à 136,40 pence.

Le groupe de services pétroliers John Wood a lui dégringolé de 10,18% à 578,60 pence, après avoir prévenu que son activité pourrait souffrir à court terme de la volatilité des cours des hydrocarbures.

À la Bourse de Milan, l'indice FTSE Mib a engrangé 1,91% à 18.946 points, porté par des informations de presse indiquant que Rome pourrait proposer un déficit budgétaire représentant 2% du PIB, au lieu de 2,4%, en 2019.

Prysmian a pris 5% à 16,685 euros, Intesa Sanpaolo 4,08% à 2,013 euros et Poste Italiane 4,03% à 6,822 euros. Seules deux valeurs ont fini dans le rouge: Salvatore Ferragamo (-7,32% à 18,24 euros), plombé par le départ de son directeur financier, et Ferrari (-0,34% à 93,12 euros).

L'indice Ibex 35 de la Bourse de Madrid a clôturé en hausse de 1,35% à 8.853,4 points.

Le géant du textile Inditex (Zara), dont les résultats ont déçu les investisseurs, était la seule valeur dans le rouge, perdant 4,86% à 25,05 euros.

Les supermarchés Dia se sont envolés, progressant de 11,88% à 46 centimes, après avoir annoncé qu'ils envisageaient une recapitalisation et des cessions.

À Lisbonne, l'indice PSI 20 a gagné 1,35% à 4.842,58 points, la meilleure performance du jour étant signée Semapa (+3,83% à 13,54 euros) et la pire de la cote Ramada Invest (-10,29% à 7,85 euros).

La Bourse suisse a poursuivi sur sa lancée mercredi, l'indice SMI des valeurs vedettes glanant 1,68% à 8.861,14 points.

Toutes les valeurs ont fini dans le vert, à l'exception de Givaudan qui a perdu 0,13% à 2.376,00 CHF.

Les valeurs bancaires ont été recherchées : l'établissement de gestion privée Julius Baer a progressé de 2,93% à 37,98 CHF, suivi par Credit Suisse (+2,49% à 11,30 CHF) et UBS (+2,30% à 12,66 CHF).

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en hausse de 1,74% à 509,72 points, toutes les valeurs de l'indice progressant conjointement.

La Bourse de Bruxelles a gagné 1,99%, l'indice Bel-20 des valeurs vedettes s'affichant en clôture à 3.401,24 points.

Le producteur d'acier inox Aperam s'est apprécié de 4,47% à 24,53 euros. Le fabricant de produits d'hygiène Ontex a à l'inverse reculé de 0,46% à 17,16 euros.

bur-dga/soe/jug/

(AWP / 12.12.2018 19h01)