Les Bourses européennes dans le rouge, affectées par des craintes liées à

l'Italie et à la Fed

PARIS (awp/afp) - La plupart des Bourses européennes ont terminé dans le rouge jeudi, dans un contexte marqué par les craintes au sujet des finances italiennes et par les interrogations autour de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

"Le marché stresse par rapport à la réaction européenne sur le budget" italien transmis lundi à la Commission européenne, a expliqué à l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

Dans ce dossier explosif, Bruxelles a entamé jeudi un bras de fer avec la coalition populiste au pouvoir en Italie en réclamant officiellement des "clarifications" sur son budget 2019, qui sort des clous européens.

Parmi les autres sujets qui alimentent la prudence des investisseurs figure la politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed).

Le dernier compte-rendu de l'institution évoque clairement la trajectoire haussière à venir pour les taux. Et cela inquiète les courtiers, qui ont largement profité des taux bas de la Fed ces dernières années.

Wall Street, qui était déjà en forte baisse depuis l'ouverture, creusait ses pertes à la mi-séance, lestée notamment par la décision du secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, d'annuler sa participation au forum économique de Ryad.

Vers 16H30 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 1,03%, à 25.441,98 points, le Nasdaq 1,56%, à 7.523,65 points, et l'indice élargi S&P 500 1,07%, à 2.779,19 points.

L'Eurostoxx 50 a perdu 0,70%.

La Bourse de Paris a clôturé en baisse de 0,55%, à 5.116,79 points.

Du côté des valeurs, Carrefour a terminé en tête du CAC 40 (+9,34% à 17,03 euros), profitant du dynamisme de ses ventes en France au troisième trimestre.

Air France a bénéficié de son côté (+4,80% à 8,48 euros) de l'avancée des négociations salariales au sein du groupe.

A Francfort, le Dax a perdu plus de terrain, finissant en recul de 1,07%, à 11.589,21 points.

Le groupe de matériaux et de construction HeidelbergCement a terminé en bas du tableau, chutant de 8,59% à 57,26 euros, en raison d'un avertissement sur ses prévisions de résultats pour 2018. La seconde plus forte baisse est venue du poids-lourd de la cote, le géant allemand du logiciel SAP, qui a cédé 5,94% à 94,38 euros après avoir publié ses résultats financiers pour le troisième trimestre.

L'indice FTSE-100 des principales valeurs de la Bourse de Londres a cédé 0,39%, à 7.026,99 points.

De nombreux secteurs ont passé une mauvaise journée, notamment les valeurs financières, à l'instar d'Ashtead Group (-3,37% à 1.936,50 pence), de Standard Life Aberdeen (-2,81% à 263 pence) et de Standard Chartered (-2,12% à 548,40 pence).

Côté hausses, plusieurs multinationales britanniques ont profité de la baisse de la livre sterling, dont le spécialiste des services éducatifs Pearson (+3,78% à 867 pence) et le fabricant d'alcool Diageo (+2,16% à 2.624,50 pence).

A Milan, le FTSE Mib a fini en net recul, perdant 1,89%, à 19.088 points. Recordati a réalisé la meilleure performance, prenant 1,54% à 29,62 euros. En revanche, Buzzi Unicem a baissé de 6,43% à 16,235 euros, Banco BPM de 5,70% à 1,7498 euros et STMicroelectronics de 4,98% à 14,205 euros.

L'indice Ibex 35 de la Bourse de Madrid a clôturé en recul de 1,20%, à 8.889,60 points.

Le secteur bancaire a chuté après une décision de la Cour suprême qui considère qu'il incombe aux banques, et non à leurs clients, de payer un impôt sur les actes effectués devant notaire à la signature d'un prêt immobilier. Bankia a ainsi baissé de 5,11% à 2,97 euros, CaixaBank de 4,54% à 3,64 euros, BBVA de 2,70% à 5,16 euros et Banco Santander de 2,20% à 4,14 euros. Dia a en revanche enregistré la plus forte hausse de la séance (+5,36%), terminant à 0,90 euro après avoir dégringolé de 42% lundi en raison d'une révision à la baisse de ses prévisions de résultats 2018.

L'indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne a fini à l'équilibre (+0,05%) à 5.060,36 points. La banque BCP a lâché 2,77% à 0,23 euro, tandis que le spécialiste des télécommunications NOS a pris 2,53% à 5,26 euros.

De son côté, la Bourse suisse a repris quelques couleurs, l'indice SMI des valeurs vedettes gagnant 0,33%, à 8.779,18 points. Le groupe pharmaceutique Novartis, qui a relevé son objectif de chiffre d'affaires annuel, a réalisé la plus forte hausse (+1,90% à 85,88 CHF). A l'inverse, l'horloger Swatch a fini tout en bas du tableau (-2,25% à 333,90 CHF), plombé par la baisse des exportations horlogères.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse de 0,70%, à 523,87 points. Le fabricant néerlandais de systèmes de lithographie pour l'industrie des microprocesseurs ASML a perdu 3,16% à 155,32 euros, tandis qu'à l'autre bout de l'indice, le groupe de biotechnologies Galapagos a pris 2,53% à 91,60 euros.

Enfin, l'indice BEL-20 de la Bourse de Bruxelles a lâché 0,61% à 3.538,08 points.

La société pharmaceutique UCB a enregistré une des plus fortes baisses (-3,77% à 73,08 euros) tandis que la firme de biotechnologie Argenx a réalisé une des meilleures hausses (+10,03% à 73,50 euros).

vac/fka/cj

(AWP / 18.10.2018 19h16)
News les plus lues