Les Bourses européennes dégringolent minées par les incertitudes autour de la

croissance mondiale

PARIS (awp/afp) - Les Bourses européennes ont dégringolé lundi, minées par les incertitudes autour de la croissance mondiale, la baisse des cours du pétrole et la déroute des valeurs financières.

Les investisseurs expriment leurs inquiètudes quant à la vigueur de la croissance mondiale, tout en s'interrogeant sur la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), après un rapport sur l'emploi américain vendredi qui entretient l'incertitude.

"C'est clairement l'aboutissement d'une spirale baissière", car "il n'y a pas d'éléments nouveaux aujourd'hui", observe Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu.

"Les marchés européens corrigent encore violemment", observent pour leur part les analystes de Aurel BGC, qui estiment également que "la baisse des indices européens n'est pas motivée par des éléments nouveaux".

"Les chiffres de l'emploi américain, publiés vendredi, entretiennent la confusion sur la poursuite de la remontée des taux aux Etats-Unis", soulignent les gérants de Barclays Bourse.

L'Eurostoxx 50 a chuté de 3,27%.

La Bourse de Paris a terminé la séance en forte baisse (-3,20%), dans le sillage des principales places européennes.

L'indice CAC 40 a perdu 134,36 points à 4.066,31 points, dans un volume d'échanges très nourri de 5 milliards d'euros.

Toutes les valeurs du CAC 40 ont terminé dans le rouge.

Plusieurs valeurs industrielles ont nettement reculé à l'image de Safran (-5,84% à 51,14 euros), Airbus Group (-5,42% à 51,13 euros), ArcelorMittal (-7,41% à 3,23 euros) et Renault (-5,72% à 69,22 euros).

Technip a perdu 3,80% à 42,67 euros.

Total 1,89% à 38,17 euros.

CGG 8,06% à 0,57 euro.

Vallourec 4,59% à 3,95 euros.

PSA Peugeot Citroën a cédé 3,98% à 12,31 euros.

A Londres, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a chuté de 158,7 points ou 2,71% par rapport à la clôture de vendredi, pour terminer à 5.689,36 points.

Le spécialiste des solutions de paiement Worldpay Group, récemment admis au FTSE-100, a chuté de 8,68% à 275,6 pence.

Le courtier Hargreaves Lansdown a perdu 7,62% à 1.127 pence.

Barclays a dévissé de 5,34% à 163,9 pence.

Royal Bank of Scotland (RBS) a reculé de 4,63% à 230,7 pence.

Les minières ont été parmi les rares à tirer leur épingle du jeu:

Randgold Resources a bondi de 13,21% à 6.000 pence à la suite de la publication de ses résultats annuels.

La Bourse de Francfort a franchi à la baisse le seuil des 9.000 points.

L'indice vedette Dax a chuté de 3,30%, à 8.979,36 points, se repliant sous la barre symbolique des 9.000 points pour la première fois depuis octobre 2014.

De son côté, le MDax des valeurs moyennes a perdu 4,48%, à 17.848,63 points.

Les plus forts replis ont été enregistrés par les banques:

Commerzbank a abandonné 9,49%, à 6,60 euros.

Deutsche Bank a chuté de 9,50% à 13,82 euros.

Le groupe de BTP HeidelbergCement a lâché 6,17%, à 60,94 euros.

Le laboratoire Bayer a baissé de 1,96% à 94,51 euros.

L'assureur Allianz a perdu 2,14% à 135,10 euros.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a clôturé en baisse de 3,22% à 400,61 points, toutes les valeurs clôturant la séance dans le rouge.

Le groupe chimique OCI a perdu 9,80% à 14,17 euros.

Altice a perdu 8,89% à 11,83 euros.

La Bourse suisse a fortement chuté.

L'indice SMI de la Bourse suisse a clôturé à 7.759,21 points, en chute de 2,52%, son plus bas niveau depuis octobre 2013.

LafargeHolcim, qui a annoncé le départ de son co-président, Wolfgang Reitzle, a chuté de 7,95% à 35,91 francs suisses.

Transocean a reculé de 9,93% à 9,52 francs suisses.

Actelion a baissé de 4,37% à 122,50 francs suisses.

Credit Suisse a perdu 5,02% à 14,20 CHF, UBS a chuté de 4,34% à 14,55 CHF.

A Bruxelles, l'indice Bel-20 des valeurs vedettes a clôturé sur un recul de 3,45% à 3.191,55 points.

Dans le secteur banque et assurances, KBC group a abandonné 5,03% à 46,49 euros, et Delta Lloyd 4,76% à 5,43 euros.

Le chimiste Solvay a lâché 4,86% à 71,79 euros.

Le brasseur AB InBev 4,05% à 102,95 euros.

En Bourse de Milan, l'indice phare FTSE Mib a cédé 4,69%, à 16.441 points, son plus bas niveau depuis l'été 2013.

Le groupe italien d'exploration et d'ingénierie pétrolières Saipem a perdu 25,29%, à 0,3885 euro. BMPS a perdu 11,95%, à 0,5195 euro.

Banca popolare dell'Emilia Romagna a reculé de 11,93%, à 3,97 euros.

Ubi Banca a chuté de 10,48%, à 3,45 euros, Carige de 10,14%, à 0,5185 euro, BPM de 9,80%, à 0,5985 euro et Banco popolare de 9,09%, à 6,955 euros.

Fiat Chrysler a baissé de 9,88%, à 5,38 euros.

La Bourse de Lisbonne a clôturé en baisse de 2,80%.

Le PSI 20, principal indice de la place portugaise, a terminé à 4.771,34 points, avec l'ensemble de ses 17 titres dans le rouge.

Le papetier Altri a dévissé de 7,11% à 3,24 euros.

Portucel et Semapa ont chuté respectivement de 5,05% à 2,80 euros et de 4,45% à 10,30 euros.

NOS a perdu 5,52% à 5,93 euros.

Jeronimo Martins s'est replié de 2,01% à 12,43 euros.

BCP a cédé 1,32% à 3,73 centimes d'euro.

Galp Energia a terminé en baisse de 0,91% à 10,85 euros.

La Bourse de Madrid a clôturé en baisse de 4,44% à 8.122 points.

Toutes les valeurs de l'indice Ibex-35 ont terminé dans le rouge.

Banco Popular a perdu 7,32% à 2,17 euros.

Banco Santander a chuté de 6,21% à 3,52 euros.

Repsol a perdu 5,93% à 8,95 euros.

Amadeus a reculé de 6,95% à 32,96 euros.

Les Bourses nordiques ont terminé en forte baisse suivant le mouvement général en Europe.

Copenhague a chuté de 5,4%, Oslo a clôturé en baisse de 4,39%, Stockholm a reculé de 4,3% et Helsinki a terminé en baisse de 3,57%.

Bur-gib/eb

(AWP / 08.02.2016 19h02)