Les Etats-Unis promettent à l'Ukraine de combattre un projet de gazoduc germano-russe

Washington - Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a promis vendredi à l'Ukraine de combattre le projet germano-russe de gazoduc Nord Stream 2, qui sape selon lui la sécurité européenne.

L'Ukraine n'a "pas de plus grand ami que les Etats-Unis" dans sa bataille contre l'"agression russe", a déclaré M. Pompeo à l'occasion d'une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères ukrainien Pavlo Klimkine à Washington.

"Nous allons continuer à travailler ensemble pour stopper le projet Nord Stream 2 qui sous-estime la sécurité stratégique et économique de l'Ukraine et risque de compromettre davantage la souveraineté des nations européennes qui dépendent du gaz russe", a déclaré M. Pompeo aux journalistes.

"Nous ne voulons pas que nos amis européens deviennent la proie du genre de manipulation politique et économique que la Russie a tenté de mener en Ukraine" depuis qu'elle ne fait plus partie de l'Union soviétique, a-t-il ajouté.

Le gazoduc Nord Stream 2 doit doubler les capacités de livraison entre la Russie et l'Allemagne en contournant la Pologne et l'Ukraine, par lesquelles transite actuellement le gaz russe, via la mer Baltique.

Selon l'Allemagne, appuyée par la France et l'Autriche, le projet permettra d'assurer un approvisionnement plus stable et moins cher.

Le président américain Donald Trump a fustigé à plusieurs reprises le projet Nord Stream 2.

M. Pompeo a par ailleurs rappelé la position des Etats-Unis sur l'annexion de la Crimée par la Russie.

"Les Etats-Unis n'accepteront jamais la tentative russe d'annexion de la Crimée", a-t-il déclaré.

"Nous allons continuer à en imposer les conséquences jusqu'à ce que Moscou mette entièrement en oeuvre les accords de Minsk et rendent le contrôle de la Crimée à l'Ukraine", a-t-il affirmé, une semaine après l'annonce par les Etats-Unis de nouvelles nouvelles sanctions contre la Russie, notamment financières.

Des accords de paix signés en février 2015 sous médiation franco-allemande à Minsk ont permis de réduire considérablement les affrontements dans l'est de l'Ukraine, mais des flambées de violence éclatent régulièrement sur la ligne de front. Le conflit a fait plus de 10.000 morts.

(©AFP / 17 novembre 2018 01h33)