Les pubs Wetherspoons renoncent au champagne, Brexit oblige

Londres - La chaîne de pubs britannique Wetherspoons a annoncé mercredi renoncer à vendre du champagne dans ses établissements, afin de privilégier les boissons fabriquées au Royaume-Uni et en dehors de l'UE, Brexit oblige.

Le groupe, dont le président Tim Martin est un défenseur virulent de la sortie de l'UE, explique dans un communiqué qu'à partir du 9 juillet il ne sera plus possible de commander un verre ou une bouteille du célèbre vin blanc pétillant français, ni de bières blanches en provenance de France et d'Allemagne.

Wetherspoons, qui possède 880 pubs dans le pays, va remplacer le champagne par des vins pétillants britanniques et va servir des bières blanches brassées dans le pays ou aux Etats-Unis.

Il entend par ailleurs continuer à servir du cidre suédois Kopparberg depuis que le brasseur s'est engagé à le produire au Royaume-Uni après le Brexit.

Interrogé par l'AFP sur le sort du prosecco, un vin italien pétillant, un porte-parole du groupe a expliqué qu'il continuerait d'être vendu, même si Wetherspoons se donne deux ans pour passer en revue l'ensemble des boissons européennes qu'il vend dans ses établissements.

Meilleur marché que le champagne, le prosecco est particulièrement populaire auprès des Britanniques, que Wetherspoons vend en quantité nettement plus importante que l'illustre vin français.

"Cette décision va nous ouvrir d'autres horizons de manière à améliorer notre offre pour les deux millions de clients qui viennent dans nos pubs chaque semaine", a assuré M. Martin.

Tim Martin s'en prend par ailleurs à l'union douanière de l'UE qu'il qualifie "de système protectionniste", avec des droits de douane élevés pour les pays hors UE conduisant selon lui à une hausse des prix pour les consommateurs britanniques.

Il est un habitué des campagnes de communication et des prises de position tranchées et sans concession vis-à-vis de l'UE, à rebours de la vision défendue par le patronat britannique d'un Brexit le plus doux possible afin d'éviter toute turbulence commerciale.

En 2016, le patron de Wetherspoons avait mené une bruyante campagne pro-Brexit, critiquant notamment la "désinformation" des médias.

(©AFP / 13 juin 2018 13h53)
News les plus lues