Les salaires moyens en hausse de 0,6% dans la construction en 2018

(texte complété avec réaction d'Unia)

Zurich (awp) - Les salaires moyens dans la construction ont augmenté sur un an de 0,6% en 2018, selon une enquête de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) s'appuyant sur plus de 40'000 annonces. Unia estime toutefois que les travailleurs du secteur gagnent toujours moins que la moyenne globale du pays.

La rémunération moyenne du personnel assujetti à la convention nationale s'élève en 2018 à 5804 francs par mois, y compris le 13e salaire, indique jeudi la SSE. Les travailleurs de la classe de salaire la plus basse selon le système fixé dans la convention nationale touchent de leur côté un salaire mensuel moyen de 5400 francs. Et ce alors que ces collaborateurs n'ont pas de diplôme de fin d'apprentissage et n'ont pas suivi de formation spécifique, souligne l'organisation patronale.

Ces chiffres ne satisfont pas Unia. Dans un communiqué, le syndicat rappelle que le revenu médian en Suisse est de 6502 francs pour un poste à plein temps, d'après la dernière enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS) sur la structure des salaires en Suisse en 2016. Dans la construction, multiplié par 13 et ramené à 12 salaires mensuels, il n'atteint que 6287 francs, calcule Unia.

Alourdissement des charges salariales

En outre, parmi les travailleurs de la construction payés sur une base mensuelle, les salaires dans les deux catégories les plus basses ont diminué, souligne le syndicat: de 0,6% pour les travailleurs non qualifiés de la construction, de 0,2% pour les travailleurs sans titre professionnel. Les salaires des travailleurs payés à l'heure ont, eux, baissé dans toutes les catégories, à l'exception des contremaîtres.

"Les entreprises octroient des augmentations de salaire à titre facultatif, bien qu'il n'y ait eu aucun accord avec les syndicats à ce sujet", note la SSE dans son communiqué. Le pouvoir d'achat du personnel de chantier a augmenté de 8% depuis 2008, sous déduction de l'inflation, constate-t-elle.

Unia revendique toutefois une augmentation de 150 francs pour tous les travailleurs du secteur de la construction cette année, arguant que la SSE refuse une augmentation générale des salaires depuis quatre ans "malgré l'excellente conjoncture".

"La branche ne serait guère en mesure de supporter un nouvel alourdissement des charges salariales si elle ne veut pas subir une diminution de sa compétitivité et mettre en péril les emplois en Suisse", estime pour sa part la faîtière de la construction.

tn/al

(AWP / 17.05.2018 11h35)
News les plus lues