Loi sur la transition énergétique: un tournant selon Emmanuelle Cosse

Paris - La secrétaire nationale d'EELV, Emmanuelle Cosse, a salué mercredi le projet de loi sur la transition énergétique, présenté le même jour par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, y voyant un tournant.

Le texte marque un tournant, c'est très clair, sur la politique énergétique de la France. Et nous, on l'attendait depuis longtemps. De ce côté-là, c'est réussi, a-t-elle dit sur i-Télé tout en précisant qu'elle attendait encore de disposer de l'ensemble du texte.

Ségolène Royal a présenté les principaux points du projet de loi lors d'une conférence de presse, qui avait été exposé auparavant en Conseil des ministres.

On sait qu'il y a des propositions plutôt bonnes sur les questions d'efficacité énergétique. On sait qu'on peut faire beaucoup mieux sur la question de la mobilité et qu'on peut encore affiner des choses sur la question du nucléaire, a poursuivi Emmanuelle Cosse.

Notre objectif, a-t-elle enchaîné, c'est que ce texte montre que c'est l'Etat qui décide de la politique énergétique de la France et pas EDF.

Il y a une chose qui manque très clairement. Nous souhaitions que soit inscrite dans la loi la durée de vie des centrales, qui est de 40 ans, qui est avérée (...) Vous avez 7 ou 8 (centrales) qui vont y entrer (à partir de 2017). Ce n'est apparemment pas dans le texte de loi, a-t-elle regretté toutefois.

Il n'en reste pas moins que la durée de vie de ces centrales va se poser. Politiquement. Il va falloir faire des choix dans les dix ans qui viennent (...) Même si on n'a pas voulu l'inscrire dans la loi, on n'enlève pas le problème, a relevé la responsable écologiste.

Ce qui était un point essentiel, c'était d'encadrer la production du nucléaire, d'arriver à une part du nucléaire dans la production d'électricité, 50% en 2025, ça c'est acté, s'est-elle félicité.

Et surtout, ce que nous souhaitions, c'est que l'Etat ait une programmation pluri-annuelle à dix ans qui dise (ce qu'on) fait jusqu'en 2025. Là, ça sera jusqu'en 2022. Ca, nous y avons réussi, a-t-elle souligné également.

On peut travailler avec elle (Ségolène Royal). J'ai des désaccords avec elle, sur le diesel, sur l'écotaxe, mais en tout cas, j'ai du répondant. Nous, ce qu'on demande, ce sont des ministres qui agissent et qui ne disent pas on verra le mois prochain, s'est enfin félicité Emmmanuelle Cosse.

pg/dec/gib

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

(©AFP / 18 juin 2014 19h26)