Londres finit en légère baisse entraînée par Wall Street

Londres (awp/afp) - La Bourse de Londres a terminé en légère baisse de 0,09% mercredi, entraînée dans le rouge par les inquiétudes de Wall Street sur les mesures protectionnistes de l'administration Trump.

Après avoir passé une bonne partie de la séance dans le vert, l'indice FTSE-100 des principales valeurs s'est retourné en fin de séance et a perdu 6,09 points à 7.132,69 points.

"Le climat positif en Europe s'est détérioré après la baisse du marché américain", a commenté David Madden, analyste chez CMC Markets UK, évoquant des "craintes grandissantes d'une guerre commerciale" avec la Chine.

Selon plusieurs médias américains, après des taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium, l'administration envisage d'imposer des droits de douane sur les importations chinoises dans les secteurs de la technologie et des télécommunications.

Ces inquiétudes sont renforcées par les incertitudes liées au départ du conseiller économique de la Maison Blanche Gary Cohn, la semaine dernière, et au limogeage mardi du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson.

La Bourse de Londres a toutefois résisté grâce à la bonne tenue des valeurs minières, dynamisées par la très forte accélération surprise de la production industrielle de janvier et février en Chine, premier importateur mondial de métaux.

Ces annonces ont relégué au second plan les sanctions, essentiellement diplomatiques, contre la Russie divulguées par la Première ministre britannique Theresa May après l'empoisonnement d'un ex-agent double russe en Angleterre.

Antofagasta a gagné 3,46% à 946,20 pence, Anglo American a pris 3,34% à 1.789,40 pence et Glencore a monté de 1,82% à 383,55 pence.

L'assureur Prudential a terminé en tête de peloton, bondissant de 5,07% à 1.918,00 pence après avoir annoncé de bons résultats pour 2017 et sa scission en deux entreprises distinctes, l'une centrée sur le Royaume-Uni et l'Europe, l'autre sur l'Asie, l'Afrique et les Etats-Unis.

A la baisse, Intercontinental Hotels a cédé 0,72% à 4.527,00 pence après avoir annoncé l'acquisition d'une participation de 51% du capital des hôtels de luxe Regent Hotels and Resort pour 39 millions de dollars.

Enfin, la chaîne de supermarchés Morrisons a plongé de 4,86% à 215,30 pence malgré la publication de ventes en hausse au cours de son exercice annuel achevé début février. Selon des analystes, le groupe a déçu par le caractère exceptionnel du dividende spécial promis aux actionnaires.

mpa/acd/az

(AWP / 14.03.2018 18h24)
News les plus lues