L'opposant numéro un au Kremlin Alexeï Navalny échappe à la prison

La justice russe a laissé en liberté l'opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny, en rejetant mercredi la demande de placement en détention. Il avait été condamné en 2013 à cinq ans de prison avec sursis dans une affaire de détournements de fonds.

"Il n'existe pas de motif d'annulation du sursis", réclamé par l'administration chargée de l'application des peines, a déclaré la juge d'un tribunal de Moscou dans l'énoncé de sa décision.

D'abord condamné en juillet 2013 à cinq ans de prison ferme, Alexeï Navalny avait vu sa peine commuée en prison avec sursis en octobre 2013. Il avait, entre-temps, obtenu le score honorable de 27,2% à l'élection municipale de Moscou, renforçant son statut de premier opposant de Russie.

Mais l'administration russe chargée de l'application des peines avait réclamé la révocation du sursis, arguant du fait qu'Alexeï Navalny, dont les discours prennent parfois des accents nationalistes, n'en avait pas respecté les conditions.

Accusation fabriquée
Aux yeux de la justice russe, il reste coupable d'avoir organisé en 2009 le détournement de 16 millions de roubles (environ 300'000 francs suisses) au détriment d'une entreprise forestière publique. Il était alors consultant du gouverneur libéral de la région de Kirov, à 900 km à l'est de Moscou, et devenait inéligible jusqu'à la fin de sa peine.

Alexeï Navalny a toujours dénoncé une accusation "fabriquée" aux "mobiles politiques évidents". "Nous ne nous rendrons pas. Nous comprenons que (de tels procès) sont des menaces et des pressions, mais nous continuerons notre travail", a déclaré l'opposant à sa sortie du tribunal, où il s'était rendu avec un imposant sac de voyage au cas où il aurait été renvoyé en prison.

Alexeï Navalny, qui vient de créer une coalition électorale regroupant plusieurs groupes et partis d'opposition, est habitué à faire des allers-retours en prison ou à être assigné à résidence, généralement pour des participations à des rassemblements non autorisés.

(ats / 13.05.2015 22h35)