Manipulation des devises: les autorités suisses de la concurrence ouvrent une enquête

ZURICH - La Commission de la Concurrence (Comco) en Suisse a ouvert une enquête pour possible entente sur le marché des devises, a-t-elle annoncé lundi.

Parmi les établissements concernés figurent UBS et Credit Suisse, les deux plus grosses banques du pays, ainsi que la Banque cantonale de Zurich et l'établissement de gestion de fortune Julius Baer, a indiqué la Comco dans un communiqué.

S'y ajoutent des banques étrangères telles que JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Barclays Bank et Royal Bank of Scotland.

Il existe des indices selon lesquels des ententes auraient été conclues entre ces banques sur le cours des devises, a précisé l'autorité suisse de la concurrence.

Les comportement soupçonnés concernent en particulier l'échange d'informations sensibles et la coordination générale dans l'achat et la vente de devises à des cours influencés, des opérations coordonnées dans l'optique d'influencer la fixation du taux de référence quotidien WM/Reuters ainsi que la coordination dans l'achat et la vente de devises face à des parties adverses déterminées.

Les autorités suisses de la concurrence avaient déjà ouvert une enquête préalable sur ces questions fin septembre.

La banque Credit Suisse a rapidement réagi, se disant étonnée par ces allégations. La banque n'avait pas été visée lors de l'enquête préliminaire, a-t-elle fait valoir.

Ces allégations sont inappropriées et dommageables pour sa réputation, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Credit Suisse a précisé vouloir coopérer pleinement avec les autorités.

La banque Cantonale de Zurich a de son côté dit avoir pris connaissance de l'ouverture de l'enquête et vouloir coopérer avec la Comco, soulignant toutefois qu'elle ne jouait qu'un rôle de faible importance sur le marché des devises.

Le gestionnaire de fortune Julius Baer a également dit vouloir soutenir de manière constructive les investigations de la Comco, précisant que la banque n'avait pas constaté de comportements abusifs lors d'une enquête interne menée il y a quelques mois.

UBS, le numéro un de l'industrie bancaire en Suisse, n'a pas souhaité apporter de commentaires. Dans son rapport annuel, la banque avait dit avoir reçu des requêtes de diverses autorités et coopérer avec celles-ci.

noo/mnb/ros

UBS AG

CREDIT SUISSE GROUP

JULIUS BAER GRUPPE AG

CITIGROUP

BARCLAYS

ROYAL BANK OF SCOTLAND GROUP

(©AFP / 31 mars 2014 11h49)
News les plus lues