Merkel: la politique migratoire est un "test décisif" pour l'Europe

Berlin - Angela Merkel a estimé mercredi que la politique migratoire constituait un "test décisif" pour l'avenir de l'Europe, au moment où le continent traverse une importante crise avec des velléités de fermeture des frontières.

"Pour moi, la question de savoir comment nous abordons la question de la migration constitue une sorte de test décisif pour l'avenir et la cohésion de l'Europe", a affirmé la chancelière allemande lors d'une conférence de presse.

"C'est justement dans ces moments où l'Europe, confrontée à cette question qui la fragilise, doit avoir une réponse non pas unilatérale mais coordonnée, convenue par des accords établis avec d'autres (pays) pour que nous parvenions à une véritable action européenne commune", a-t-elle ajouté.

Pour que cela fonctionne, il faut prendre en compte "les intérêts de chaque pays", a précisé Mme Merkel.

Cette prise de position survient alors que les ministres italien, autrichien et allemand de l'Intérieur, des faucons sur la brûlante question migratoire, ont annoncé mercredi vouloir constituer "un axe des volontaires" pour s'attaquer à l'immigration clandestine.

Cet "axe", un terme connoté qui rappelle l'alliance germano-italo-japonaise de la Seconde guerre mondiale, réunira spécifiquement les ministres de l'Intérieur italien et autrichien Matteo Salvini et Herbert Kickl, tous deux d'extrême droite, et leur homologue conservateur allemand.

Cela constitue un nouveau coup dur pour Mme Merkel qui, déjà chahutée dans son pays pour sa politique d'asile jugée trop généreuse, doit désormais batailler avec son ministre de l'Intérieur, le bavarois très conservateur Horst Seehofer.

La chancelière allemande milite depuis plusieurs semaines pour la création d'un système d'asile communautaire avec une meilleure répartition des migrants en Europe, un sujet qui doit être débattu au sommet de l'UE de la fin juin.

"L'Italie a accueilli beaucoup de réfugiés et c'est l'un des problèmes auquel nous faisons face", a-t-elle rappelé. "Nous devons répondre aux besoins de tous dans l'Union européenne. Cela ressemble à la quadrature du cercle, mais l'Europe doit rester solidaire", a-t-elle estimé.

(©AFP / 13 juin 2018 17h13)
News les plus lues