Métaux précieux: l'or reprend des forces après la réunion de la Fed

Londres (awp/afp) - Après avoir passé un début de semaine sous la pression de la Réserve fédérale américaine (Fed), les cours de l'or et des autres métaux précieux ont retrouvé des couleurs aidés par un accès de faiblesse du dollar.

Les cours de l'or, qui se sont trouvés à la peine dans les jours qui ont précédé la réunion de la Fed - tombant même mardi à leur plus bas niveau depuis le 12 janvier, à 1142,94 dollars l'once - ont retrouvé leur lustre à l'issue d'une annonce de la Fed en demi-teinte.

Les prix du métal jaune ont d'ailleurs atteint vendredi leur maximum en deux semaines à 1184,58 dollars l'once.

"L'or et l'argent ont fait un retour sur le devant de la scène après la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed", a constaté Ole Hansen de Saxo Bank.

La Fed ne promet désormais plus d'être "patiente" avant une première hausse des taux, mais affirme que celle-ci n'interviendra pas lors de la prochaine réunion les 28 et 29 avril.

L'annonce de la présidente de la Fed a laissé la porte ouverte pour un relèvement des taux d'intérêts en septembre, mais en même temps le comité est resté prudent sur l'amplitude de la hausse, a expliqué M. Hansen.

"Avec l'affaiblissement du dollar et le rendement des obligations qui baisse en réponse au report des prévisions d'une hausse des taux, les prix de l'or ont grimpé", ont expliqué les analystes de Natixis.

Le renforcement du dollar rend plus onéreux les achats de métal jaune, libellés dans la monnaie américaine, pour les investisseurs munis d'autres devises. Mais à l'inverse, une baisse du billet vert rend l'or plus attrayant.

Par ailleurs, le nouveau système de fixing de l'or confié par le London Bullion Market Association (LBMA) à l'opérateur boursier Intercontinental Exchange (ICE), a été inauguré vendredi.

Deux nouveaux participants ont rejoint Barclays, HSBC, Scotiabank et Société Générale: la banque suisse UBS et la banque d'affaires américaine Goldman Sachs.

Le fixing de l'or continue d'être réalisé, comme c'est déjà le cas, deux fois par jour à 10H30 et 15H00 (heure de Londres).

De son côté, l'argent a été aidé par une demande industrielle ferme. L'industrie compte pour 60% de la demande et la joaillerie pour 40%, selon les analystes d'ING.

Les cours du métal gris ont même atteint vendredi leur plus haut niveau depuis début mars, à 16,76 dollars, aidés par un dollar affaibli.

Après être tombés à leur plus bas niveau en cinq ans et demi la semaine dernière, les prix du platine ont grimpé à leur maximum depuis le 10 mars, à 1.142,85 dollars l'once.

Le palladium a, quant à lui, fini la semaine assez stable malgré une baisse de forme mercredi qui l'a entraîné à son plus bas niveau en deux mois, à 757,65 dollars l'once.

Ces deux métaux précieux ont bénéficié cette semaine de bonnes perspectives concernant la demande de l'industrie automobile, cette dernière étant aidée par la baisse des prix du pétrole, selon des analystes.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or a terminé à 1183,10 dollars vendredi au fixing du soir, contre 1152 dollars le vendredi précédent.

L'once d'argent a clôturé à 16,17 dollars, contre 15,50 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l'once de platine a fini à 1129 dollars, contre 1115 dollars sept jours plus tôt.

L'once de palladium a terminé pour sa part à 778 dollars, contre 791 dollars à la fin de la semaine précédente.

afp/rp

(AWP / 20.03.2015 18h31)