Migros: Globus ancre un millier d'emplois dans la durée et détaille sa stratégie

Genève (awp) - Le groupe de grands magasins Globus a pu reconduire plusieurs baux auprès du groupe Swiss Prime Site (SPS) pour une durée de 20 ans. Cela permet à la filiale haut de gamme de Migros de garantir "à long terme" près d'un millier de postes de travail, a assuré mardi Tom Winter, directeur général (CEO) adjoint et directeur des ventes de Globus, en marge d'une rencontre avec la presse à Genève.

Sur le site de la cité de Calvin, quelque 500 emplois sont ainsi stabilisés, contre environ 250 à Lausanne et autant à Lucerne. Le responsable a également signalé plusieurs changements dans son réseau de distribution romand, liés au regroupement stratégique des trois marques du groupe (Globus, Globus Hommes et Schild) annoncé en mai.

D'ici février 2018, le magasin Globus Hommes de Fribourg fermera ses portes, avec à la clé la suppression de cinq postes. "Avec une surface commerciale de 600 mètres carrés, ce magasin est trop petit pour développer notre concept comme nous le souhaitons", a expliqué M. Winter, évoquant une surface minimale de 1000 mètres carrés.

D'autres points de vente devraient en revanche voir le jour - toujours d'ici fin février - à Signy (VD) et à Conthey (VS), avec cette fois la création d'une quinzaine de postes de travail. Pour l'heure, aucun changement n'est prévu dans les magasins de Balexert (GE), Marin (NE) et Lausanne, a déclaré le CEO adjoint.

La stratégie "one brand" présentée par Globus au printemps dernier devrait déboucher sur deux "formats": des grands magasins axés sur l'expérience d'achat et des commerces plus compacts spécialisés dans le textile. Au final, il devrait toutefois y avoir "moins d'ouvertures que de fermetures", a reconnu le Bernois.

A l'échelle du groupe, la direction de Globus vise à l'horizon 2022 une réduction de 10% des postes liés au réseau de vente, sur les 3600 actuels. Le siège, qui sera transféré à l'automne 2018 de Spreitenbach (AG) vers Zurich, verra également ses effectifs ramenés à 320 personnes d'ici là, contre 400 initialement.

La pression accrue sur le secteur a contraint le groupe à remettre en question son modèle d'affaires. "Entre 2014 et 2016, le recul annuel des ventes a été de 4,1% au niveau du groupe, et même de 6,7% pour le groupe Schild, positionné sur le segment difficile du moyen de gamme", a souligné M. Winter, rappelant que les trois années précédentes, la croissance avait été portée par la mode et la parfumerie.

HAUSSE DES VENTES EN LIGNE

En 2016, Globus a réalisé un chiffre d'affaires de 929 mio CHF, dont 700 mio à mettre au crédit des grands magasins. Sur ce montant, 15 mio ont été générés par les canaux en ligne. Pour l'exercice en cours, M. Winter table sur des recettes "d'environ 20 millions" et a confirmé que le groupe visait des ventes en ligne à hauteur de 100 mio CHF à l'horizon 2020.

Toutefois, le CEO adjoint insiste sur le fait que "Globus ne souhaite pas devenir Amazon". Selon lui, la présence sur la toile est un complément nécessaire, mais elle n'est pas destinée à être un substitut aux points de vente physiques de l'enseigne, qui souhaite se différencier en proposant une expérience d'achat unique à ses clients.

Au chapitre de la numérisation, M. Winter a indiqué qu'à l'heure actuelle, près de 70% de l'assortiment non alimentaire est disponible en ligne. Au printemps, le dirigeant espère que 100% des 120'000 références que compte le portefeuille de produits du groupe auront été numérisées.

buc/lk

(AWP / 14.11.2017 16h30)
News les plus lues