Moscou dénonce une "provocation" à Slaviansk

Plusieurs personnes ont été tuées dimanche dans l'attaque d'un barrage tenu par des séparatistes pro-russes près de Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine. Moscou a dénoncé une "provocation" de nationalistes ukrainiens et appelé Kiev à appliquer l'accord conclu à Genève.

Trois militants séparatistes et un ou deux assaillants ont été tués dans cette attaque, selon un responsable local, un combattant pro-russe et la chaîne de télévision russe Rossiya 24. Cet incident a eu lieu près d'un barrage érigé par des insurgés dans le village de Bilbasivka, à 18 kilomètres à l'ouest de Slaviansk.

"Nous vous demandons d'étudier au plus vite la possibilité d'envoyer des forces de maintien de la paix pour défendre la population contre les fascistes", a déclaré le maire pro-russe autoproclamé de Slaviansk, Viatcheslav Ponomarev, dans un appel au président russe. Il a décrété le couvre-feu.

Les séparatistes et la Russie ont accusé les assaillants d'être membres de "Pravi Sektor" (Secteur Droit), un groupe nationaliste d'extrême-droite qui a gagné en importance à mesure que se poursuivait la contestation à Kiev qui a conduit à la chute du président Viktor Ianoukovitch.

"Quatre voitures sont arrivées près de notre barrage vers 01h00 du matin. Nous avons voulu les contrôler, ils ont alors ouvert le feu sur nous à l'arme automatique", a déclaré un militant pro-russe cagoulé, Vladimir, 20 ans, qui affirme avoir été sur les lieux à ce moment.

Moscou dénonce une "provocation"

Les attaquants étaient une vingtaine et ils sont partis quand des renforts sont arrivés, a ajouté ce militant. "Il y avait aussi des tirs de snipers", a-t-il ajouté. Le ministère ukrainien de l'Intérieur fait état de son côté d'un tué et de trois blessés.

La Russie s'est déclarée "indignée" par cet accrochage, première attaque meurtrière signalée depuis la signature jeudi de l'accord de Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

"Cette provocation (...) témoigne du manque de bonne volonté de la part des autorités de Kiev pour désarmer les nationalistes et les extrémistes", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. Moscou a enjoint aux autorités ukrainiennes d'appliquer scrupuleusement les termes de l'accord de Genève.

Cet incident intervient aussi au moment où un représentant de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) est à Donetsk, la plus grande ville de l'est de l'Ukraine. Il tente d'y négocier la reddition des séparatistes pro-russes qui occupent des bâtiments publics depuis deux semaines et réclament un référendum d'autodétermination.



(ats / 20.04.2014 15h44)