Netanyahu appelle à stopper les versements palestiniens aux familles des assaillants

Jérusalem - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a accusé dimanche le parti du président palestinien Mahmoud Abbas de glorifier les Palestiniens ayant tué vendredi une policière israélienne, et appelé à mettre fin aux paiements versés aux familles des assaillants.

Vendredi, deux Palestiniens ont ouvert le feu sur un groupe de policiers israéliens à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem, tandis qu'un troisième a poignardé une policière.

Les trois assaillants, originaires du même village de Cisjordanie occupée, ont été abattus et la policière, Hadas Malka, 23 ans, a succombé à ses blessures après avoir été hospitalisée. Elle a été enterrée dans un cimetière militaire samedi soir dans la ville côtière d'Ashdod.

Benjamin Netanyahu s'est rendu avec son épouse dimanche soir au domicile de la famille de la policière à Givat Ezer dans le sud d'Israël et a affirmé qu'elle était "notre héroïne à tous", selon un communiqué de son bureau.

"Au lieu de condamner cette attaque, le Fatah --le parti d'Abou Mazen-- a publié un communiqué condamnant les officiers qui ont tué les terroristes et qualifiant les assassins de héros", avait auparavant affirmé M. Netanyahu, utilisant le surnom de Mahmoud Abbas.

Il faisait apparemment allusion à une affiche du Fatah pleurant les "martyrs" auteurs de "l'opération héroïque" ainsi qu'à une série de tweets sur un compte du Fatah évoquant la "gloire et l'immortalité" des assaillants.

Un communiqué officiel du parti publié par l'agence de presse palestinienne Wafa a également condamné "le meurtre" des trois Palestiniens, sans mentionner les circonstances de leur mort.

"Bien entendu, l'Autorité palestinienne refuse de condamner ce meurtre, cette même Autorité qui va payer des compensations aux familles des meurtriers", a déclaré le Premier ministre à l'ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

"J'appelle la communauté internationale à condamner ce meurtre et ceux qui le glorifient, et à exiger que cessent immédiatement les versements de l'Autorité palestinienne aux familles des terroristes, ce qui ne fait qu'encourager le terrorisme", a ajouté M. Netanyahu.

Mardi, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait affirmé que l'Autorité palestinienne avait accepté d'arrêter de rétribuer les familles des auteurs d'attentats anti-Israéliens. Mais l'Etat hébreu a exprimé son scepticisme sur ce dossier.

Ces paiements sont l'un des obstacles au moribond processus de paix au Proche-Orient.

L'attaque de vendredi est la dernière en date d'une vague d'attentats en Israël et dans les Territoires palestiniens depuis le 1er octobre 2015.

Ces attaques et d'autres violences ont causé la mort de 272 Palestiniens, 42 Israéliens, deux Américains, deux Jordaniens, un Erythréen, un Soudanais et une Britannique, selon un décompte de l'AFP.

La majorité des Palestiniens tués sont des assaillants ou assaillants présumés, souvent jeunes, agissant seuls et armés de couteaux.

A la suite de l'attaque, l'armée israélienne a effectué un raid à Deir Abou Mashal, le village près de Ramallah dont étaient originaires les trois assaillants palestiniens. Les soldats ont bloqué les issues et pris les dimensions des maisons familiales des trois Palestiniens en vue de leur démolition à titre de punition.

Le Premier ministre a également annulé les permis de visite de 250.000 Palestiniens, tout en donnant instruction à la police "de renforcer les mesures de sécurité (...) autour de la porte de Damas" de la Vieille ville de Jérusalem.


(©AFP / 18 juin 2017 21h08)
News les plus lues