Netflix, agent provocateur du Festival de Cannes ?

Cannes - La présence de Netflix à Cannes est à l'origine d'une vive polémique dans le milieu du 7e art, opposant défenseurs des salles obscures aux amateurs de nouveaux formats.

- Pourquoi une telle polémique ? -

Géant américain de la vidéo en ligne par abonnement, Netflix achète les droits de diffusion de programmes (séries, films, stand-up, documentaires) et développe aussi depuis quelques années des contenus originaux comme la série "The Crown" ou le film "Okja", ce qui le rapproche d'un studio. Une cinquantaine de projets sont dans les tuyaux cette année.

Ces oeuvres ont vocation à être diffusées sur la plateforme aux 100 millions d'abonnés, ce qui ne pose pas de problème pour les séries mais crée une concurrence directe avec les exploitants de salles pour les films, ce qui passe mal de part et d'autre de l'Atlantique.

Face au tollé provoqué par l'éventualité d'une Palme d'or visible uniquement sur Netflix, et donc sur petit écran, le Festival de Cannes a modifié son règlement: à partir de 2018, tout film en compétition devra s'engager à sortir en salles.

- Une question de génération ?-

"Aussi longtemps que je vivrai, je me battrai pour assurer le pouvoir hypnotique du grand écran sur le spectateur", a déclaré dès le jour d'ouverture, Pedro Almodovar (67 ans), le président du jury.

Une vision que certains jugent dépassée. Pour le producteur français Vincent Maraval (48 ans), "on ne doit pas imposer notre méthode de vision des films à une autre génération", habituée à regarder des programmes sur tablette voire sur smartphone. Netflix ne publie toutefois aucune statistique sur ses abonnés, donc difficile de connaître leur profil.

Membre du jury cannois, l'acteur américain Will Smith (48 ans) a lui estimé que les écrans ne s'annulent pas les uns les autres, évoquant ses enfants de 16, 18 et 24 ans. "Ils vont au cinéma deux fois par semaine et ils regardent aussi des films sur Netflix et on peut passer de l'un à l'autre (...) Netflix est utile pour se connecter au monde".

- Pourquoi Netflix et Cannes n'ont pas trouvé d'accord ?-

La situation est plus compliquée en France en raison de la chronologie des médias, qui impose un délai de trois ans, après la sortie en salles, avant qu'un film soit disponible sur une plateforme. Si Netflix avait accepté une sortie en salles en France, "Okja" aurait donc été visible pour les abonnés français seulement en 2020. Ce que le groupe a refusé.

Cette réglementation, qui participe à l'exception culturelle française, sert à protéger les exploitants de salles et permet de financer les films en donnant à chacun des acteurs une séquence d'exclusivité. Ce qui est d'autant plus crucial que la France entend jouer un rôle central dans le soutien aux cinéastes du monde entier et qu'elle participe à de nombreuses coproductions.

Problème: la chronologie des médias n'a pas été révisée dans son ensemble depuis 2009, soit bien avant l'arrivée de Netflix en France.

Des négociations ont récemment eu lieu pour réduire les délais concernant les plateformes comme Netflix, mais aucun accord n'a été trouvé.

- Quid d'Amazon, le rival de Netflix ?-

La Croisette bruisse de Netflix, mais pas de son rival Amazon, présent à Cannes avec le film "Wonderstruck", également en lice pour la Palme d'or. Une différence de traitement liée aux stratégies des deux groupes: tandis que Netflix, centré sur la vidéo en ligne, veut proposer ses films en même temps en salles et en ligne, Amazon, géant du commerce en ligne, privilégie une sortie en salles suivie d'une mise en ligne.

Cela n'empêche pas les deux groupes de gagner des récompenses: Netflix a remporté le grand prix à Sundance en 2017 ("I don't Feel at Home in This World Anymore", avec Elijah Wood) et un Oscar pour "Les Casques blancs", primé dans la catégorie documentaire de format court.

Amazon est reparti des Oscars en début d'année avec trois statuettes, deux pour le drame "Manchester by the Sea" et une pour "Le Client", couronné meilleur film en langue étrangère.

may/fmi/nas

NETFLIX

AMAZON.COM

CROWN HOLDINGS


(©AFP / 19 mai 2017 14h27)
News les plus lues