Nokia: le gouvernement constate une "amélioration" des embauches

Paris - Le gouvernement a constaté une accélération ces derniers mois du rythme des embauches chez Nokia, qui devrait lui permettre d'atteindre son engagement de maintenir 4.200 emplois en France après le rachat d'Alcatel-Lucent, sans pour autant satisfaire les syndicats.

"Nous avions constaté l'année dernière qu'il y avait un dérapage et que Nokia était passé en-dessous de l'effectif sur lequel il s'était engagé", a rappelé la secrétaire d'Etat auprés du ministre de l'Economie, Delphine Gény-Stephann, au terme d'une réunion du comité suivi avec les syndicats et la direction.
"Il y a eu un gros coup d'accélérateur, donné sous la pression de l'Etat, pour reprendre à un rythme plus soutenu les embauches", a-t-elle ajouté.

"Nous avons pu constater que les embauches avaient maintenant repris sur un rythme solide, mais nous n'avons pas encore retrouvé le niveau d'emploi de 4.200 personnes auquel ils s'étaient engagés", a-t-elle reconnu, soulignant toutefois que les embauches dans la recherche-développement (R&D) avançaient rapidement.

Le président de Nokia France, Thierry Boisnon, a confirmé: "Notre objectif d'avoir 2.500 personnes à fin 2018 en R&D sera sans doute atteint pendant l'été, soit avant le délai initial de fin 2018".

Mais pour les syndicats, "le compte n'y est pas", a rétorqué le délégué CFDT, Pascal Guiheneuf. "Nous avons un deuxième PSE (plan de sauvegarde de l'emploi NDLR) en cours de 532 suppressions de postes. Donc, on va continuer à embaucher, mais on va continuer à débaucher", a-t-il affirmé.

"Nous avons constaté un décalage" entre les engagements et la réalité, le niveau de 4.200 emplois "ne sera pas atteint avant 2-3 mois et, comme il y a un plan social, il ne va être tenu longtemps", a-t-il prédit.
Les organisations syndicales représentatives d'Alcatel-Lucent (Nokia) ont signé à fin février les mesures d'accompagnement prévues par le plan de suppression de plus de 500 emplois en France.

L'équation est complexe puisque le Plan de sauvegarde de l'emploi ne pourra être mis en oeuvre que lorsque Nokia comptera 4.200 emplois.

arz/soe/pb

NOKIA

ALCATEL-LUCENT


(©AFP / 13 mars 2018 21h10)
News les plus lues