Norvège: un conflit salarial menace la production d'hydrocarbures

Oslo - Un conflit salarial dans le secteur pétrolier norvégien pourrait entraîner la fermeture de cinq gisements offshore, ce qui réduirait la production nationale d'hydrocarbures d'environ un cinquième, ont annoncé vendredi les partenaires sociaux.

Le syndicat Lederne avait rompu les négociations salariales avec l'organisation patronale NOG le 23 mai, jugeant son offre insuffisante. Une médiation était prévue ce vendredi.

En cas d'échec de celle-ci, Lederne a lancé un préavis de grève à certains de ses membres, ce qui devrait entraîner la suspension de l'activité sur les plateformes Goliat opérée par l'italien Eni, Draugen (Shell), Gudrun, Oseberg et Kvitebjørn, toutes trois exploitées par Statoil.

Le mouvement devrait aussi affecter la production sur une autre installation, Valemon, a prévenu NOG dans un communiqué.

Cela entraînerait une perte de production de 443.500 barils équivalent-pétrole par jour (bep/j) à compter de dimanche "au plus tôt", a précisé l'organisation patronale dans un communiqué.

La Norvège, principal producteur de pétrole d'Europe de l'Ouest, a pompé quelque 2,111 millions bep/j en avril, selon la Direction norvégienne du pétrole.

phy/gab/mcj

ROYAL DUTCH SHELL PLC

STATOIL

ENI


(©AFP / 09 juin 2017 12h06)