Novartis: Sandoz prête son réseau à un fabricant d'insuline chinois

(ajoute commentaire ZKB, cours de Bourse)

Zurich (awp) - Sandoz, filiale de Novartis, a conclu avec le laboratoire chinois Gan & Lee un accord de commercialisation et d'approvisionnement en biosimilaires de l'insuline. Ces répliques de traitement existants du diabète de type I et II sont actuellement en phases de développement précoce ou clinique, en vue d'homologations en Europe, aux Etats-Unis et dans d'autres marchés clés.

Gan & Lee développe des biosimilaires du glargine, du lispro et de l'aspart, présentés comme les trois insulines thérapeutiques les plus vendues. La firme dispose de deux décennies d'expérience dans le domaine et présente une structure "attrayante" de coûts des produits vendus, précise un communiqué publié mercredi.

Selon les termes du contrat, Sandoz distribuera les substances concernées dans l'Union européenne, aux Etats-Unis, en Suisse, au Japon, en Corée du Sud, au Canada, en Australie et en Nouvelle Zélande. Les retombées financières attendues de cette coopération font l'objet d'une clause de confidentialité.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) salue une stratégie intelligente de la part de Novartis. La multinationale pharmaceutique rhénane ne saurait régater avec les pionniers du segment de l'insuline que représentent Sanofi et Novo Nordisk. En positionnant Sandoz sur le marché des biosimilaires - pour les substances de référence de ces mêmes concurrents de surcroît - le groupe s'ouvre tout de même les portes du gigantesque marché du diabète.

A 10h05, la nominative Novartis s'appréciait de 0,5% à 85,08 francs, dans un SMI en recul de 0,13%.

jh/ol

(AWP / 19.12.2018 10h12)