Novartis confirme l'efficacité de Kisqali contre le cancer du sein

Zurich (awp) - Le laboratoire Novartis a confirmé mercredi l'efficacité du traitement Kisqali (ribociclib), en combinaison avec un inhibiteur d'aromatase ou les médicaments tamoxifène et goséréline, contre le cancer du sein avancé ou métastatique HR+/HER2- chez les femmes préménopausées.

La combinaison de traitements a démontré que le critère primaire de survie sans progression de la maladie a pu être atteint, comparé à une thérapie endocrinienne et goséréline, selon les résultats de l'étude de phase III Monaleesa-7.

"Si ribociclib est homologué comme traitement pour les patientes, cela apportera une plus grande flexibilité et plus d'options aux oncologistes" contre cette maladie, a affirmé Debu Tripathy du centre oncologique de l'Université du Texas. "Les femmes préménopausées atteintes de ce cancer du sein tendent à souffrir d'une forme plus agressive de la maladie et d'un pronostic moins positif", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Kisqali a obtenu en mars le feu vert de l'Agence sanitaire américaine (FDA) contre le cancer du sein avancé ou métastatique HR+/HER2- en combinaison avec un inhibiteur d'aromatase. L'autorité étasunienne a depuis été imitée par la Commission européenne en août et par Swissmedic en octobre.

La confirmation de l'efficacité du Kisqali dans cette indication spécifique permet à Novartis de différencier son traitement de ceux du concurrent Pfizer, qui bénéficiaient jusqu'ici d'une avance de deux ans et d'un profil de risque moins marqué, avait récemment estimé Baader Helvea. Le courtier genevois devise le potentiel de revenus pour ce médicament à 300 mio USD pour l'an prochain, avec un pic de jusqu'à 5 mrd USD.

al/

(AWP / 06.12.2017 19h50)
News les plus lues