Nucléaire: Royal ne sait pas encore si c'est Fessenheim qui fermera

Paris - La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, n'a pas tranché dimanche sur l'avenir de la centrale de Fessenheim, que François Hollande avait promis de fermer fin 2016, indiquant qu'elle ne savait pas encore quels réacteurs seraient fermés dans le cadre de la transition énergétique.

Normalement c'est Fessenheim que l'on ferme, a-t-elle déclaré lors du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Monde/I-Télé, alors que le projet de loi sur la transition énergétique arrive mercredi devant l'Assemblée nationale. Mais à la question est-ce qu'on dit toujours qu'on va la fermer ?, Mme Royal a répondu : je ne sais pas encore.

Il faudra en effet lorsque Flamanville va ouvrir, en 2016, fermer deux réacteurs, a encore dit Mme Royal.

Le choix des réacteurs qui vont fermer ne relève pas du domaine de la loi, a souligné la ministre. C'est le plafonnement de la capacité énergétique qui est prévu dans la loi, 63,2 gigawatts, qui va permettre, lorsque de nouveaux réacteurs vont être mis en activité, d'en fermer d'autres, a-t-elle poursuivi.

On monte en puissance sur les énergies renouvelables, on économise l'énergie (...). Par définition la part stable de l'énergie nucléaire baisse, a-t-elle expliqué.

Le projet de loi sur la transition énergétique prévoit notamment une réduction de la consommation énergétique finale de 50% en 2050 (par rapport à 2012), ainsi qu'une réduction de la part du nucléaire dans la consommation finale d'électricité de 50% à horizon 2025 (contre 75% aujourd'hui).

Le cas de la doyenne alsacienne de Fessenheim n'est pas abordé.

(©AFP / 28 septembre 2014 12h53)