Nucléaire en France: GDF Suez regardera a deux fois avant d'y revenir

Paris - Le patron de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a déclaré mardi que son groupe regardera vraiment à deux fois avant (de) retourner dans le nucléaire en France.

Nous avons été, il y a un certain nombre d'années, candidats à participer au renouveau du nucléaire en France, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

Et puis les choses ayant ensuite évolué, les pouvoirs publics ont complètement changé de pied (...) et nous avions considéré qu'il n'y avait aucune perspective en France.

Le groupe devait ainsi participer au projet de construction d'un EPR (réacteur de 3e génération) à Penly (Seine-Maritime), mais s'était ensuite retiré de ce projet qui impliquait également EDF, Total, l'italien Enel et l'allemand Eon et qui n'a finalement jamais vu le jour.

L'énergéticien souhaitait également construire dans la vallée du Rhône un réacteur Atmea développé par Areva et le japonais Mitsubishi, également de troisième génération mais plus petit que l'EPR d'EDF, un projet qui n'a jamais abouti.

En France, GDF Suez dispose de participation dans deux centrales (Chooz et Tricastin).

Hors de France, le groupe possède et exploite sept réacteurs nucléaires en Belgique via sa filiale Electrabel, dont deux sont actuellement à l'arrêt pour cause de microfissures découvertes dans leurs cuves.

mhc/cc/cj

GDF SUEZ

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

TOTAL

ENEL

E.ON

AREVA

(©AFP / 13 janvier 2015 19h35)
News les plus lues