Nucléaire: une vingtaine de réacteurs pourraient être inutiles, selon le ministère

PARIS - Le ministère de l'Energie a dit mercredi faire l'hypothèse d'une hausse modérée de la consommation électrique française d'ici à 2025, ce qui rendrait inutiles une vingtaine de réacteurs nucléaires alors que la France veut réduire la part de l'atome dans la production de courant.

Quand on fait des exercices de réflexion pour éclairer ce que seront les futurs scénarios, on part sur des scénarios d'évolution de la demande électrique relativement modérée, en raison notamment d'une efficacité énergétique accrue, a expliqué Laurent Michel, directeur général de l'énergie et du climat au sein du ministère, entendu par la commission d'enquête parlementaire consacrée au nucléaire.

A cela s'ajoutent le développement des énergies renouvelables et l'objectif de réduire de 75 à 50% en 2025 la part de l'électricité nucléaire en France, qui feraient que seuls 36 à 43 gigawatts nucléaires resteraient nécessaires à cet horizon, contre 63 gigawatts installés aujourd'hui, selon lui.

Ce qui veut dire qu'à ce moment là, en dehors de toute préoccupation de sûreté, mais en termes de non besoin, d'inutilité électrique, c'est une vingtaine de réacteurs, a ajouté M. Michel.

La prolongation des centrales nucléaires exploitées par EDF au-delà de 40 ans, limite initialement fixée lors de leur conception, n'est pas seulement une question de sûreté, sur laquelle l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sera amenée à se prononcer, a abondé Pierre-Marie Abadie, directeur de l'énergie.

Il y a derrière cette question de la prolongation de toutes les centrales, non seulement une question de sûreté, mais aussi la problématique (de savoir si) on en aura besoin ou pas, a-t-il dit.

Si on prolonge le développement actuel des renouvelables (...), on voit qu'à l'horizon des années 2030, un certain nombre de centrales ne seront plus nécessaires directement, a-t-il précisé. La quantité de centrales qu'on prolonge sera au regard de l'acceptabilité par l'ASN, mais aussi au regard du besoin de robustesse et de marge de sécurité du système.

Pour éviter de se retrouver devant un mur d'investissement trop élevé pour le renouvellement même partiel du parc, un lissage des fermetures de réacteurs est nécessaire, selon M. Abadie.

Suivant combien on en mène à 40, à 50, à 60 (ans), on a plus ou moins de lissage. Par exemple, si on fait tout à 40, il y a un grand mur. Mais si on fait tout à 50, on a juste repoussé le mur de 10 ans. Si on en fait à 40, à 50, à 60, on se retrouve tout d'un coup à pouvoir lisser les investissements. Ca a un impact vraiment très visible sur le niveau des investissement et l'existence ou pas de murs d'investissements.

mpa/ih/pb

EDF

(©AFP / 26 mars 2014 17h58)