Partners Group boucle le semestre en demi-teinte mais tient le cap

(synthèse avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Partners Group a vu sa masse sous gestion s'accroître de 8% depuis le début de l'année à 67,1 milliards d'euros (78,1 milliards de francs). La performance semestrielle est quelque peu ternie par la baisse de plus de 10% de la demande clientèle par rapport aux six premiers mois de 2017, ramenée à 6,2 milliards.

La direction confirme cependant ses objectifs annuels et anticipe une reprise de la demande dans la deuxième moitié de l'année et au-delà, ainsi qu'un renforcement des effectifs.

Entre janvier et juin, le gestionnaire d'actifs zougois a investit pour le compte de ses clients quelque 7,7 milliards de dollars (autant en francs) dans toutes les catégories de placements sur les marchés privés, "en se concentrant sur les régions et les secteurs correspondant à son approche de valeur relative", précise un communiqué diffusé jeudi.

Investissements ciblés

Sur plus de 1400 investissements directs potentiels analysés, seuls 40 ont été concrétisés, ce qui équivaut à un taux de rejet de 97%. Près de deux tiers des volumes investis (soit 4,7 milliards) l'ont été via des transactions directes, alors que 1,8 milliard a été injecté sous forme de crédits.

"Dans le contexte actuel d'investissement dans les entreprises, nous concentrons nos efforts sur les précurseurs dans des branches stables qui profitent de tendances industrielles et présentent de faibles risques face aux mutations technologiques", explique Christoph Rubeli, partenaire et co-directeur général (CEO) de Partners Group, cité dans le communiqué.

L'augmentation de 5,2 milliards d'euros de la masse sous gestion pendant la période sous revue a été dopée par des effets de change favorables, notamment le renchérissement du dollar face à l'euro. La part en actions représente un peu plus de la moitié du total, suivie par les titres de dette (20%), l'immobilier (17%) et les infrastructures (13%).

La performance à mi-parcours est contrastée. Si les actifs sous gestion (AuM) se situent tout en haut de la fourchette des projections des analystes sollicités par AWP, la demande de la clientèle est restée en dessous des prévisions les plus conservatrices.

La direction de Partners Group réaffirme cependant ses ambitions pour l'ensemble de l'exercice, à savoir une demande brute située entre 11-14 milliards d'euros. Elle s'attend également toujours à des reflux de capitaux en raison de programmes arrivés à maturité ("tail down") compris entre 4,5 et 5,5 milliards.

Placements privés toujours sous-représentés

En téléconférence, l'autre co-CEO André Frei a dit s'attendre à une solide demande de la clientèle en deuxième partie d'année, ainsi que pour l'exercice suivant. Selon lui, les placements sur les marchés privés sont encore sous-représentés chez un bon nombre d'investisseurs.

Par ailleurs, plus d'une vingtaine de fonds sont encore ouverts à des investissements. Se disant "heureux de pouvoir confirmer à ce stade les objectifs formulés", il a expliqué ne pas considérer négativement les marchés, mais qu'il est difficile d'estimer le calendrier de nouveaux investissements de la part de la clientèle.

De son côté, le co-directeur financier (CFO) Philip Sauer a mis en avant la croissance de 5% des effectifs à 1088 collaborateurs pendant la période sous revue, plus lente que celle des AuM. Il a laissé entendre que d'ici la fin de l'année, ceux-ci pourraient comprendre entre 100-150 unités supplémentaires par rapport au bouclement 2017.

La communauté financière a pris acte sans enthousiasme de résultats mitigés mais somme toute corrects. S'ils saluent le maintien du cap annuel en termes d'objectifs, les analystes ont unanimement relevé que la copie rendue par Partners Group rendait excessive la valorisation actuelle du titre, courtisé ces dernières semaines.

A la Bourse, l'action Partners Group a terminé en recul de 0,6% à 749,00 francs, dans un SLI en hausse de 1,09%.

buc/al/jh

(AWP / 12.07.2018 17h45)
News les plus lues