Peines légèrement modifiées en appel dans l'affaire Flowtex

Frauenfeld (awp/ats) - L'ancien patron de Flowtex, son ex-femme et l'avocat de celle-ci, poursuivis pour blanchiment d'argent et escroquerie, ont vu leurs peines légèrement modifiées en appel. Le Tribunal cantonal thurgovien les a acquittés sur certains points, mais a alourdi leur responsabilité.

La femme conserve une peine de 36 mois de prison, mais 18 mois sont désormais fermes contre 12 prononcés par la première instance. Sa peine pécuniaire est alourdie à 450 jours-amendes (260 jours en première instance).

Son ex-mari, ancien patron de Flowtex, voit sa peine passer de 14 à 18 mois de prison dont 9 fermes. La peine de l'avocat reste fixée à 24 mois avec sursis et une peine pécuniaire de 360 jours-amende.

Le Tribunal cantonal a publié son jugement de 350 pages jeudi. Il n'est pas encore entré en vigueur.

Le procès devant la justice thurgovienne est le volet suisse de l'affaire Flowtex, la plus grande escroquerie financière d'après-guerre en Allemagne, qui porte sur environ 4 milliards de francs. L'ancien patron de l'entreprise a été condamné en 2003 en Allemagne à 11 ans et demi de réclusion.

La justice allemande a condamné Flowtex pour la vente fictive de 3200 appareils de forage dirigé permettant d'installer des réseaux souterrains sans ouvrir de tranchées. Flowtex commercialisait ces appareils 770'000 euros pièce (environ 1,1 million de francs à l'époque) à travers une société-écran.

Flowtex ne possédait en fait que quelques appareils. Lorsque des acheteurs demandaient à voir leur bien, Flowtex leur montrait un des appareils en prenant soin de changer les plaques d'immatriculation à chaque fois. Plus d'une centaine de sociétés de leasing et de banques ont ainsi été escroquées entre 1994 et 2000.

L'argent détourné a servi à l'ancien patron pour mener la grande vie. Les administrateurs judiciaires ont ainsi mis la main sur des villas de luxe à Ibiza et en Floride pour une valeur de près de 50 millions d'euros.

Environ 220 millions de deutschmarks avaient été saisis dans plusieurs banques suisses au début de l'année 2000. Une enquête pour blanchiment a aussi été ouverte au Liechtenstein.

ats/al

(AWP / 08.11.2018 14h25)
News les plus lues