Police VD : Montreux Jazz 2018: bilan sécuritaire positif - 16.07.2018

A l’occasion de la 52ème édition du Montreux Jazz Festival, la police a mis en place, comme les années précédentes, un dispositif coordonné entre tous les acteurs de la sécurité. Pilotés depuis le Centre d’engagement et de coordination (CECo) situé dans les locaux de Police Riviera à Clarens, les différents partenaires de la sécurité ont travaillé de concert. Il s’agit notamment des agents de Police Riviera, du détachement judiciaire de la Police cantonale vaudoise, formé d’inspecteurs et de gendarmes, du SDIS Riviera, de la Protection civile Riviera, des services sanitaires, des organisateurs du MJF, de l’entreprise Securitas, et des différents services communaux concernés. Le détachement judiciaire et un détachement de Police Riviera, chargés des interventions à l’endroit de personnes commettant des infractions, étaient présents quotidiennement sur le site de la manifestation.

Selon les organisateurs, plus de 240’000 festivaliers ont fréquenté le 52ème Montreux Jazz Festival. La police relève, une nouvelle fois, qu’aucun problème sécuritaire majeur ne s’est produit dans l’enceinte du festival. Pour lutter contre les vols à la tire et les vols par effraction dans les véhicules, la police a lancé sa traditionnelle campagne de prévention de l’été visant à sensibiliser les festivaliers afin d’enrayer ce phénomène. Des affiches ont été mises en évidence dans les lieux fréquentés par les festivaliers et Police Riviera a tenu son stand de prévention dans l’enceinte du festival.

Médiation urbaine

Fruit d’une collaboration entre le Festival de Jazz et la Commune de Montreux, le projet de médiation urbaine vise à réduire les risques pour le jeune public et plus largement à apaiser l’espace public festif. Un dispositif présent tous les soirs du festival entre 21h00 et 6h00, et composé de 11 intervenants les jeudis, vendredi et samedis soirs, et de 6 intervenants les autres soirs de la semaine, a été mis en place. Ce dernier a sillonné le site du MJF, et les lieux fréquentés à proximité du site, afin de distribuer de l'eau (bouteilles de 0.5 l) et d'entrer en contact avec le public présent pour délivrer des messages de prévention. Au final, plus de 7’300 bouteilles d'eau ont été distribuées durant les 16 nuits du festival  et les "Guerrabas" ont prêté assistance à une vingtaine de personnes fortement alcoolisées. Le premier bilan semble montrer une réel efficacité de ce dispositif avec une diminution significative du nombre de bagarres sur site et également au parc Jean Villard-Gilles.

Statistiques

À ce jour, la police a enregistré plus de 25 plaintes pénales, pour des vols divers, injures, dommages à la propriété et une plainte pour lésions corporelles et menaces, en  rappelant que les plaintes arrivent parfois plusieurs mois après la manifestation. La police a enregistré plusieurs annonces liées aux infractions à l’intégrité sexuelle (8 cas). Plusieurs auteurs ont été interpellés et remis aux procureurs de service. De plus, 19 affaires de faux dans les certificats ont été comptabilisées par la police de sûreté vaudoise. Il s’agit de mineurs ayant été contrôlés à l’entrée d’un lieu de nuit, gratuit, alors qu’ils se légitimaient au moyen de faux documents obtenus sur internet ou ayant été falsifiés par l'adjonction d'une nouvelle photographie. Police Riviera a dénombré 43 bagarres et 26 personnes ont fait l’objet d’une dénonciation pour des infractions aux dispositions du Règlement général de police intercommunal. Trois interdictions de site ont également été délivrées. En matière de stupéfiants, 94 personnes dont 6 mineurs ont été dénoncées pour infraction à la LStup, alors que 21 amendes d’ordres sont dénombrées. Les contrôles ont permis la saisie de plus de 110 gr de marijuana/haschisch, de 68 comprimés d’ecstasy, de près de 17 gr de cocaïne et de 14 gr d’amphétamines/MDMA.

Véhicules en baisse

Subordonnée à Police Riviera, la Protection civile Riviera a parqué approximativement 29'770 véhicules durant toute la durée de la manifestation, soit environ 6’150 de moins qu’en 2017. Les organisateurs constatent avec satisfaction un comportement des festivaliers qui privilégient de plus en plus les transports en commun au détriment des véhicules individuels, notamment ceux provenant de la région qui profitent de la gratuité des transports publics VMCV.

Le SDIS Riviera était présent durant toute la période de la manifestation. Il a vu, entre autres, près d’une cinquantaine de sapeurs-pompiers effectuer pas moins de 920 heures de permanence dans le 2m2C. Aucun évènement majeur n’est à déplorer hormis trois déclenchements d’alarmes automatiques dus à la fumée de fumigène à l’auditorium et un déclenchement d’alarme causé par un bouton poussoir percuté par erreur. Enfin, un équipage tonne-pompe de 5 personnes est intervenu pour un feu d’arbre dans la soirée du 13 juillet.

Le service sanitaire de la manifestation a pris en charge pas moins de 1’220 personnes, dont plus de la moitié provenant des membres du staff de l’organisation (785). Les interventions constituent principalement des cas dits de «bobologie», soit pour des plaies superficielles, des maux de tête, des maux de gorge ou des syndromes grippaux. La majorité des cas ont été traités sur site, alors que l’ambulance a été appelée à 21 reprises.

Si la tendance à la baisse se poursuit depuis cinq ans, le littering reste une problématique centrale, puisque plus de 80 tonnes de déchets ont été traitées par la voirie avec l’engagement d’une trentaine de collaborateurs chaque jour.

Le 2m2c a reconduit son dispositif d’intervention avec des présences de personnel couvrant la journée et la nuit. Une équipe d’électriciens et une équipe AV multimédia étaient présentes sur site et sur appel tous les jours, et soutenaient une équipe de Direction et de permanence CECO, afin d’intervenir sur tous les types de pannes.

 



Pour lire cette news dans son intégralité, veuillez cliquer ici
News les plus lues