Projet nucléaire avec Moscou : la Hongrie affirme avoir trouvé un accord avec Euratom

Budapest - La Hongrie est parvenue à un accord avec l'agence nucléaire européenne Euratom sur l'approvisionnement en combustible de deux réacteurs que Budapest veut construire en partenariat avec la Russie à Paks, a indiqué mercredi un porte-parole du gouvernement hongrois.

Nous avons un accord sur les bases et la forme d'un approvisionnement en combustible acceptable par toutes les parties, la Hongrie, Euratom et la Russie, a déclaré ce porte-parole, Zoltan Kovacs, à l'AFP.

Budapest avait reconnu le 13 mars être entré en négociations avec Bruxelles, après qu'Euratom eut contesté un approvisionnement de source unique, en l'occurrence russe, des futurs réacteurs.

Les différentes parties se sont accordées sur un approvisionnement russe limité à dix ans, et non vingt comme initialement prévu, a précisé M. Kovacs.

Cet accord doit encore être validé par la Commission européenne. Lundi, le ministre hongrois Janos Lazar a rencontré à Bruxelles le commissaire européen à l'Energie, Miguel Arias Canete, à ce sujet.

La Hongrie et la Russie ont signé en janvier 2014 un accord controversé pour l'adjonction de deux nouvelles tranches à l'unique centrale nucléaire hongroise, située à Paks, pour quelque 12,5 milliards d'euros.

L'opposition hongroise critique un manque total de transparence dans l'attribution, sans appel d'offre, de Paks II au groupe russe Rosatom.

Ces reproches ont redoublé après que le Parlement hongrois a accepté début mars, à l'instigation du Premier ministre Viktor Orban, de porter à 30 ans le secret entourant ce contrat.

Les détracteurs s'interrogent en particulier sur les modalités de financement du projet, qui s'accompagne d'un prêt allant jusqu'à 10 milliards d'euros de la part de Moscou.

Ce plan gigantesque à l'échelle de la Hongrie est par ailleurs considéré comme un symbole d'un rapprochement du Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban avec le président russe Vladimir Poutine.

Le chantier porte sur la construction à partir de 2018 de deux réacteurs de 1.200 MW chacun, dont le premier doit entrer en service en 2023. La centrale de Paks fournit actuellement 40% de la consommation d'électricité de la Hongrie.

(©AFP / 25 mars 2015 11h55)