Résumé des principales informations économiques du mardi 18 décembre 2018

Zurich (awp/ats) - Principales informations économiques de la journée, résumées par l'ats/awp:

CONJONCTURE: Les économistes le disent en choeur: la croissance économique suisse va ralentir en 2019. Qu'il s'agisse du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), du Consensus KOF ou de Credit Suisse, tous les instituts se montrent moins optimistes et s'attendent à un ralentissement l'année prochaine. Les spécialistes du Seco ont abaissé leurs prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) pour 2019 à 1,5%, contre 2,0% auparavant. Le Consensus KOF leur a emboîté le pas, avec une progression escomptée à 1,6% au lieu de 1,7%. Credit Suisse se montre plus optimiste dans son Moniteur Suisse, avec une croissance attendue à 1,7% en 2019.

CONJONCTURE LOCALE: Le canton de Genève conserve son dynamisme économique et devrait même dépasser la moyenne suisse en termes de croissance du PIB cette année et la prochaine. Les incertitudes géopolitiques, comme le litige commercial entre Chine et Etats-Unis ainsi le ralentissement conjoncturel en zone euro, n'entraveront pas la marche en avant, affirment les économistes de la Banque cantonale de Genève (BCGE). La progression du PIB genevois est attendue à 2,9% pour 2018, contre 2,6% à l'échelle suisse, selon les estimations publiées par l'établissement. La BCGE s'attend à un ralentissement pour l'année prochaine, avec néanmoins une croissance de 1,7% (1,6% au niveau national).

PHARMA: Sandoz, filiale de Novartis, a signé un accord de coopération avec le canadien Tilray, société pharmaceutique spécialisée dans la recherche, le développement et la commercialisation de médicament à base de cannabis. Les deux entreprises veulent codévelopper de nouveaux produits, a indiqué Tilray. L'accord entre la filiale de Novartis dédiée aux génériques et biosimilaires et Tilray doit permettre de collaborer à différents niveaux. Sandoz pourra prendre en charge la commercialisation des produits à base de cannabis qui ne se fument pas. Ces produits pourront être vendus sous une marque commune et ils pourront être échangés entre les deux entreprises, ainsi que leurs droits de licence.

SERVICES FINANCIERS: La solution de paiement d'Apple, Apple Pay, a pu jusqu'à présent entraver le bon fonctionnement de Twint, la plateforme concurrente développée notamment par les banques suisses. La Commission de la concurrence (Comco) est intervenue auprès du groupe américain afin qu'il trouve une solution technique à ce problème. Le géant de Cupertino s'y est engagé. Les appareils d'Apple, comme l'iPhone ou l'Apple Watch, sont configurés pour démarrer automatiquement l'application Apple Pay lorsqu'ils sont à proximité d'un terminal de paiement sans contact, relève la Comco. Ce réglage d'usine peut interrompre un paiement en cours réalisé avec Twint. C'est le cas par exemple si le consommateur n'a pas effectué un certain mouvement de bras précis en approchant son application du terminal.

SPÉCIALITÉS CHIMIQUES: Ems-Chemie demeure optimiste pour l'exercice qui s'achève. Confirmant ses objectifs, le fabricant grison de spécialités chimiques et de polymères table sur des revenus et un résultat d'exploitation avant intérêts et impôts supérieurs à ceux dégagés en 2017. Une nouvelle performance record se profile. En début d'exercice, Ems-Chemie avait anticipé le ralentissement à venir de l'économie mondiale, rappelle dans une lettre d'information l'entreprise contrôlée par la famille de l'ex-conseiller fédéral Christoph Blocher.

LOGICIELS BANCAIRES: Temenos a décroché un contrat en Israël. Le spécialiste genevois des logiciels bancaires fournira au premier émetteur de cartes de crédit du pays, Isracard, sa plateforme Temenos T24 Core Banking. Les détails de la transaction ne soit pas dévoilés. La plateforme en temps réel de Temenos permettra à Isracard de simplifier l'architecture de ses systèmes informatiques et d'améliorer l'expérience-client, précise l'entreprise établie à Genève. La solution de Temenos donne à Isracard l'assurance de pouvoir évoluer en parallèle avec les besoins changeants de ses clients et un environnement réglementaire en mutation.

TOURISME: Le groupe immobilier et d'hôtellerie Orascom Development Holding (ODH) s'apprête à lancer à El Gouna, sur les bords de la mer Rouge, deux hôtels en partenariat avec le voyagiste britannique Thomas Cook, pour une capacité totale de près de 250 chambres. L'accord annoncé par voie de communiqué prévoit le développement d'un nouvel hôtel de luxe de 100 chambres, pieds dans l'eau, sous la marque Casa Cook El Gouna, ainsi que le changement de nom de l'actuel Arena Inn, un hôtel de 144 chambres situé en ville d'El Gouna, en Cook's Club Hotel.

RÉASSURANCE: Les pertes économiques consécutives aux catastrophes d'origine naturelle ou humaine se sont sensiblement réduites cette année. De quelque 350 milliards de dollars en 2017, elles ont chuté de plus de moitié à 155 milliards (152 milliards de francs) pour l'an qui s'achève, estime Swiss Re. Le nombre de personnes ayant perdu la vie ou disparues est lui resté stable, à 11'000. Dans ses calculs le réassureur zurichois estime que les dommages assurés atteindront cette année 79 milliards de dollars. Ce montant, le quatrième plus élevé depuis que Swiss Re consacre une étude Sigma à ce sujet, s'est inscrit au-dessus de la moyenne affichée sur dix ans, soit 71 milliards de dollars.

CONJONCTURE: La croissance économique de la Grande-Bretagne sera sans doute cette année et la suivante la plus faible depuis la dernière récession, le Brexit provoquant un gel de l'investissement et altérant aussi la consommation des ménages, estime la fédération des chambres de commerce britanniques (BCC). La croissance ralentirait à 1,2% en 2018 avant de remonter un peu à 1,3% en 2019, au plus bas depuis la sortie de récession de 2009.

CONJONCTURE: Le gouvernement japonais a revu en baisse ses prévisions de croissance et d'inflation sur l'exercice en cours et le suivant, prenant acte de l'impact des catastrophes naturelles et d'un tassement de la demande extérieure. Cette révision fait suite à des statistiques de PIB et de commandes de machines décevantes, mettant en lumière les risques nés de la confrontation commerciale entre Washington et Pékin.

awp

(AWP / 18.12.2018 17h15)