Raiffeisen désigne Guy Lachappelle président

(développement)

Zurich (awp) - Raiffeisen s'est trouvé un nouveau président pour son conseil d'administration. Le groupe bancaire st-gallois a désigné à cette fonction Guy Lachappelle, actuel directeur général de la Banque cantonale de Bâle. Il sera rejoint par quatre nouveaux administrateurs.

Juriste, Guy Lachappelle dirige la Banque cantonale de Bâle (BKB) depuis 2013, précise vendredi Raiffeisen. Il succèdera au vice-président Pascal Gantenbein, lequel assure l'intérim à la présidence du troisième groupe bancaire helvétique depuis début mars et la démission du président Johannes Rüegg-Stürm dans le sillage de l'affaire Pierin Vincenz. Avec le départ de son patron le 22 octobre, la BKB a pour sa part nommé Simone Westerfeld, la responsable des finances de l'établissement cantonal, en tant que directrice ad-interim.

M. Gantenbein avait renoncé à briguer la présidence une semaine après que le directeur général Patrik Gisel a annoncé son départ pour décembre. M. Gisel avait tiré les conséquences des critiques à son encontre depuis l'éclatement de l'affaire Pierin Vincenz, son prédécesseur, dont il était le suppléant au moment des faits reprochés à ce dernier.

Avant de rejoindre la BKB, M. Lachappelle a occupé des fonctions de direction dans diverses banques. Il dispose de vastes connaissances et d'une expérience bancaire approfondie, ajoute Raiffeisen. Le président désigné bénéficie de compétences tant dans les domaines de la conduite, des finances, de la distribution et de l'immobilier. En qualité de membre de conseils d'administration, il siège également dans plusieurs comités, dont l' Union des banques cantonales suisses.

Elections le 10 novembre

"Guy Lachappelle est un banquier expérimenté, qui s'identifie aux valeurs de Raiffeisen, et qui a fait ses preuves dans l'initiation et la mise en oeuvre de processus de transformation", déclare Pascal Gantenbein, cité dans le communiqué. Outre la désignation de M. Lachappelle, Raiffeisen proposera également à l'assemblée extraordinaire des délégués du 10 novembre prochain la nomination de quatre nouveaux administrateurs, à savoir Karin Valenzano Rossi, Andrej Golob, Thomas Müller et Beat Schwab.

Avocate et notaire, principalement active dans les secteurs bancaire, financier et commercial, Karin Valenzano Rossi est associée du cabinet zurichois Walder Wyss depuis 2015. Elle exerce également dans le notariat pour le compte du Jemini/Valenzano, à Lugano. Elle assume en outre depuis trois ans un mandat de chargée d'enquête pour l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma).

Mme Valenzano Rossi exerce aussi en tant que juge au sein de l'Association suisse des gérants de fortune. Egalement active dans l'enseignement, elle est maître de conférences en opérations bancaires au Centro di Studi à Vezia.

Au bénéfice d'une longue expérience de dirigeant chez Hewlett-Packard et Swisscom, Andrej Golob dispose de vastes connaissances en matière de technologies de l'information. Economiste diplômé de l'Université de St-Gall, il dirige sa propre société karldigital depuis 2018. Auparavant, soit de 2015 à 2017, il a assumé la direction de la société financière Equatex.

Tourner la page de l'ère Vincenz

Thomas Müller est membre de la direction du gestionnaire de fortune zurichois EFG International depuis 2016 en tant que responsable des risques (Chief Risk Officer). Une fonction à laquelle il renoncera après son élection au conseil d'administration de Raiffeisen. L'expert bancaire a également oeuvré pour le compte de la Banque J. Safra Sarasin de 2010 à 2016, en tant que chef des finances.

Beat Schwab exerce en tant qu'administrateur professionnel depuis 2017. Il préside la société immobilière coté en Bourse Zug Estates Holding. Il siège également dans l'organe de surveillance des CFF ainsi que celui de Credit Suisse Asset Management. Beat Schwab renoncera à certains de ses mandats après son élection, notamment celui auprès de Credit Suisse, afin d'éviter tout conflit d'intérêts.

Pour mémoire, dans le cadre de l'examen de l'ère Pierin Vincenz, Patrik Gisel a fait l'objet de critiques répétées en raison de son rôle de suppléant du Grison, lequel a dirigé l'Union des banques Raiffeisen durant pas moins de 17 ans, contribuant à sa vive expansion. Pierin Vincenz a été libéré à mi-juin, après 15 semaines de détention préventive.

L'ex-homme fort de Raiffeisen est soupçonné de s'être enrichi personnellement lorsqu'il présidait la société de cartes de crédit Aduno, grâce à plusieurs acquisitions. La procédure pénale pour gestion déloyale menée à son encontre est toujours en cours.

vj/op

(AWP / 14.09.2018 08h32)
News les plus lues