Résumé des principales informations économiques du vendredi 16 mars 2018

Berne (awp/ats) - Principales informations économiques de la journée, résumées par l'ats:

SYSTÈMES DE FIXATION: Hilti a poursuivi sa vigoureuse croissance l'an dernier. Etoffant ses revenus à un nouveau niveau record, le spécialiste liechtensteinois de l'outillage et des systèmes de fixation pour la construction a vu son bénéfice bondir de 10% au regard de 2016, à 530 millions de francs. Le résultat d'exploitation a pour sa part affiché une expansion encore plus vigoureuse, s'envolant de 15% à 692 millions de francs, annonce la multinationale établie à Schaan. Quant au chiffre d'affaires, déjà dévoilé fin janvier, il a franchi le seuil inédit des 5 milliards, plus précisément à 5,1 milliards, en hausse de 10,8%.

INDUSTRIE: La nouvelle patronne de l'entreprise genevoise Favarger veut en faire la "référence" du chocolat suisse. De moins de 1% de parts de marché actuellement, elle veut aboutir à 3 à 5% à moyen terme, grâce à une croissance supérieure au marché actuellement. Favarger, lancé en 1826 et établi à Versoix (GE), constitue le seul chocolatier qui s'appuie sur l'ensemble de la fabrication à Genève. En fonction depuis début octobre, la directrice générale Emmanuelle Marcos explique que la croissance a atteint plus de 10% en 2017 pour un chiffre d'affaires évalué à 9 millions de francs. Un tiers du chiffre d'affaires est obtenu en dehors de Suisse.

HORLOGERIE: Alors qu'elle célèbre son centenaire cette année, la marque horlogère locloise Mido "se porte très bien", selon son président. Les derniers mois laissent même augurer une excellente cuvée 2018. "Au cours des 15 dernières années, le chiffre d'affaires a été multiplié par 15. Le volume a évolué en proportion", relève Franz Linder, dans une interview accordée au magazine spécialisé Watch Around. Il ne donne toutefois pas davantage de précisions chiffrées, se contentant de parler de volumes de "plusieurs centaines de milliers de pièces".

BIOCHIMIE: Malgré l'impact défavorable des taux de change, Bachem a poursuivi sa croissance l'an dernier. Dégageant un chiffre d'affaires record, l'entreprise de biochimie bâloise, premier fabricant mondial de peptides, a vu son bénéfice net progresser de 1,4% en l'espace d'un an à 41,8 millions de francs. Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) a crû à un rythme plus soutenu, soit de 12,3% à 50,6 millions de francs, précise la firme établie à Bubendorf. La marge correspondante s'est améliorée, passant de 19,1 à 19,3%.

PRODUITS D'ISOLATION: Von Roll poursuit son recentrage sur son coeur de métier. Le spécialiste soleurois des produits d'isolation électrique et industrielle a cédé les dernières activités de sa division BHU Umwelttechnik, active dans le traitement des eaux. L'acquéreur est le groupe allemand WET Wasser, Energie, Technologie. Les activités vendues se concentrent sur l'Allemagne, a précisé le groupe établi à Breitenbach. La transaction, dont le montant n'est pas dévoilé, met ainsi "un point final à une à une excursion dans le domaine de l'eau, qui ne s'est pas franchement révélée concluante", résume le directeur général, Christian Hennerkes, cité dans le communiqué.

COURTAGE: La société de courtage vaudoise Compagnie Financière Tradition (CFT) a moins gagné en 2017, en raison de la réforme fiscale américaine et des effets de change. Des contraintes qui ne l'ont pas empêché d'accroître sa rentabilité sur le plan opérationnel. Le bénéfice net après minoritaires s'est contracté de 7,9% sur un an pour s'établir à 46,4 millions de francs, a indiqué la société lausannoise. A taux de change constants (monnaies locales), le recul atteint 7,4%.

ENTREPRISES: Ayant déroulé ses fastes du 12 au 15 mars, la 4e édition de la Semaine de l'entrepreneuriat à l'Université de Lausanne s'est terminée sur un bilan positif. La manifestation a compté quatre fois plus d'événements que les précédentes années. Au total, pas moins de 16 événements ont eu lieu sur le campus. Quelque 700 inscriptions ont été enregistrées, et une cinquantaine d'entrepreneurs ont participé. "Pouvant compter sur le soutien de l'écosystème entrepreneurial de la région, l'événement ouvert à tous a réuni la pluralité des profils attendus lors de ces différents événements", se réjouissent les organisateurs.

ASSURANCES: L'assureur bernois la Mobilière prend une participation de 9,1% dans la start-up Spoud. Installée à Berne, celle-ci est active dans les domaines de l'analyse de données en temps réel et des mégadonnées (big data). Grâce à un concept inédit, Spoud est en mesure de relier simplement et rapidement des données et de les analyser en temps réel, a indiqué la Mobilière, qui ne précise pas le montant de la transaction. Créée en 2016, la start-up a déjà convaincu l'assureur coopératif du bien-fondé de son approche à l'occasion de nombreux projets.

ASSURANCES: L'assureur zurichois Swiss Life et son homologue espagnol Mapfre veulent investir ensemble sur le marché immobilier français. Les deux sociétés déploieront ces prochains mois un projet d'investissement dans des bureaux de haut niveau dans plusieurs villes de l'Hexagone. Le fonds sera doté initialement de 150 millions d'euros (près de 175 millions de francs) et sera administré par l'équipe de gestionnaires de Swiss Life. L'objectif est d'atteindre une rentabilité annuelle d'environ 4% au cours des deux années à venir, a annoncé Mapfre, le numéro un espagnol de l'assurance.

BANQUES: Deutsche Bank a essuyé en 2017 une perte nette de 751 millions d'euros (870 millions de francs), plus importante qu'annoncé initialement, selon les chiffres définitifs de son rapport financier. Le géant bancaire allemand s'est montré prudemment optimiste pour l'année en cours, prévoyant "des revenus plus élevés qu'en 2017". Le groupe de Francfort-sur-le-Main avait dévoilé début février son bilan financier pour l'an dernier, et notamment une perte nette, hors intérêts minoritaires, de 512 millions, après 1,4 milliard d'euros en 2016 et presque 7 milliards en 2015.

ARTICLES DE SPORT: L'équipementier sportif Nike a annoncé le départ surprise de son directeur exécutif Trevor Edwards, numéro deux de la firme américaine et considéré comme le successeur éventuel du dirigeant, Mark Parker. Sans vouloir faire de lien direct, un porte-parole de Nike a indiqué à l'AFP que des "comportements contraires avec les valeurs de Nike et son code de conduite" avaient été signalés.

HONG KONG: Li Ka-shing, l'homme le plus riche de Hong Kong, a finalement annoncé son départ, tournant la page à 89 ans d'une très longue carrière marquée par un sens aigu des affaires et une propension à investir exactement au bon moment. M. Li a créé un empire tentaculaire qui s'étend dans une cinquantaine de pays, dans des secteurs allant du commerce de détail aux télécommunications, en passant par les services et les ports à conteneurs.

CONJONCTURE: La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, s'est montrée optimiste quant à l'économie chinoise, estimant qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter de l'objectif de croissance de 6,5% fixé par Pékin pour 2018. Une croissance de 6,5% marquerait un net ralentissement par rapport à 2017, où la croissance chinoise s'était établie à 6,9%. "Je ne crois pas que nous devions être préoccupés" par l'évolution de la croissance chinoise, a déclaré Mme Lagarde lors d'une conférence à Buenos Aires, où elle est arrivée jeudi.

SEMI-CONDUCTEURS: Broadcom envisage des acquisitions plus petites que celle de Qualcomm qui vient d'être bloquée par les autorités américaines. Le fabricant de puces s'attend à une baisse de la demande de la part d'un client en Amérique du Nord, mais à une hausse de celle d'un client sud-coréen. Pour les analystes, il ne fait pas de doute que le client nord-américain est Apple, qui a fait à lui seul le cinquième du chiffre d'affaires de Broadcom l'an dernier, tandis que le sud-coréen a toutes les chances d'être Samsung Electronics, actuellement en plein lancement de son nouveau smartphone Galaxy S9.

MÉDIAS ET TÉLÉCOMS: Le groupe de médias et télécoms Altice, coté à la Bourse d'Amsterdam et maison mère de SFR, a enregistré un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,6%, à taux de change constant, à 23,43 milliards d'euros (27,15 milliards de francs. Le groupe, dont l'action avait plongé de plus de 50% l'an dernier, annonce par ailleurs une hausse de 6,4% (à taux de change constant) de son excédent brut d'exploitation ajusté (EBITDA ajusté) à 9,387 milliards, grâce à une forte progression pour Altice USA (+19,7%).

ats

(AWP / 16.03.2018 17h25)