Résumé des principales informations économiques mardi 14 novembre 2017

Berne (awp/ats) - Principales informations économiques de la journée, résumées par l'ats:

BANQUES: HSBC a trouvé un accord avec les autorités françaises dans le cadre des enquêtes pour fraude fiscale et démarchage illégal touchant HSBC Private Bank Suisse. L'établissement paiera une amende de 300 millions d'euros (348,4 millions de francs). L'accord met fin à une instruction ouverte de longue date "relative à des faits anciens de démarchage et d'infractions fiscales" concernant HSBC Private Bank Suisse, précise la banque dans un communiqué. Le montant de l'amende a été entièrement provisionné.

PATRIMOINE: Le patrimoine mondial a crû en 2017 de 6,4% en comparaison annuelle, pour s'inscrire à 280'000 milliards de dollars. Avec une fortune moyenne par adulte de 537'600 dollars (quelque 528'000 francs), les Suisses restent les plus riches, mais les inégalités dans le pays ne se réduisent pas. Dix ans après la crise financière, le rythme de croissance de la fortune mondiale s'est accéléré, relève Credit Suisse dans son rapport sur la richesse globale. Une progression portée non seulement par les gains sur les marchés des actions, mais aussi par les hausses des actifs non financiers, comme l'immobilier. Ces derniers ont dépassé pour la première fois les niveaux d'avant la crise.

CIMENT: LafargeHolcim a été perquisitionné à Paris. Le cimentier est soupçonné d'avoir indirectement financé des groupes djihadistes en Syrie, dont l'organisation Etat islamique (EI). "Les enquêteurs français sont en train de perquisitionner nos locaux", a indiqué une porte-parole de LafargeHolcim à l'AFP, confirmant une information de la radio France Inter. "Nous coopérons pleinement avec les enquêteurs, mais nous ne pouvons faire davantage de commentaires sur cette enquête en cours", a-t-elle ajouté.

CONJONCTURE: La Suisse continue d'assurer à ses citoyens un niveau de vie élevé et l'économie a fait preuve d'une résilience considérable, notamment après le choc du franc fort, constate l'OCDE. La croissance reste, cependant, lente et l'institution préconise de nouvelles réformes. L'expansion économique a, en effet, été insuffisante pour permettre une résorption des capacités inutilisées ou une hausse sensible du revenu par habitant, relève l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son rapport consacré à la Suisse.

TÉLÉCOMMUNICATIONS: Salt continue d'affronter des vents contraires. Après un tassement de ses revenus au premier semestre 2017, ceux-ci ont encore fléchi au troisième trimestre. Selon une analyse de Deutsche Bank, les ventes de l'opérateur mobile ont chuté de 7% à 269 millions de francs. Pour mémoire, l'opérateur de télécommunications mobiles établi à Renens (VD) et contrôlé par l'entrepreneur français Xavier Niel n'est pas tenu de dévoiler ses performances financières. L'entreprise fournit, cependant, des informations à ce titre à ses créanciers.

CONJONCTURE: Economie revigorée, progression plus rapide des chiffres d'affaires, marges plus élevées et investissements en hausse: les perspectives pour les entreprises suisses n'ont jamais été aussi bonnes depuis le choc du franc fort, selon un sondage. Les directeurs financiers (CFO) suisses se montrent positifs pour 2018. Plus de deux tiers (68%) des 114 CFO interrogés pour le troisième trimestre 2017 sont optimistes quant aux perspectives commerciales de leur entreprise, révèle un sondage publié par le cabinet de conseil Deloitte. Ils étaient 66% lors des deux derniers trimestres.

INDUSTRIE: A l'issue d'une deuxième journée de "consultation collective" à Genève, le personnel d'ABB Sécheron ne baisse pas la garde. Réaffirmant son opposition totale au projet de délocalisation d'une partie de la production, qui menace près de 150 emplois, il a décidé de prolonger ses travaux mercredi. Quelque 150 salariés, soit l'intégralité des employés du site, ont participé aux travaux d'élaboration de mesures alternatives aux suppressions d'emplois prévues par le géant zurichois de l'électrotechnique ABB.

BANQUES: Comme annoncé fin septembre, PostFinance supprimera 45 emplois dans le cadre de l'automatisation et la numérisation des processus. Le prestataire de services financiers de La Poste n'a pas jugé viables les propositions formulées durant la période de consultation. La procédure de consultation menée entre le 21 septembre et le 20 octobre dernier avec les salariés n'a pas permis de trouver de solutions alternatives aux quatre mesures de restructuration envisagées, indique PostFinance. En conséquence, la direction entend mettre en oeuvre la réorganisation.

PERSONNEL DES KIOSQUES: Le groupe bâlois de commerce et de distribution Valora et la Société des employés de commerce (SEC) ont réussi à s'entendre sur une nouvelle convention collective de travail (CCT) pour les collaborateurs en Suisse. Elle entrera en vigueur début 2018, pour trois ans. Le salaire minimum des collaborateurs ayant suivi une formation professionnelle de deux ou de trois ans augmentera de 50 francs dès le 1er janvier 2018. Une hausse similaire aura lieu début 2019, ont indiqué dans un communiqué commun la SEC et la firme sise à Muttenz (BL).

MÉDIAS: Tamedia étoffe son offre dans les services en ligne. Le groupe de médias zurichois reprend la majorité du capital-actions de la société danoise Tradono ainsi que de leur entreprise commune Tradono Suisse. La firme exploite sous sa marque un marché aux puces mobile. Jusqu'à présent, Tamedia détenait une participation minoritaire de 25% dans l'entreprise fondée en 2014 à Copenhague, écrit Tamedia. Le groupe établi à Zurich ne précise pas le montant de la transaction, ni l'ampleur des parts qu'il détient désormais.

CONJONCTURE: Les prix à la production et l'importation en Suisse ont augmenté de 0,5% en octobre par rapport au mois précédent. L'indice correspondant se situe désormais à 101 points (base décembre 2015 = 100). En rythme annuel, le niveau des prix a augmenté de 1,2%, selon les chiffres diffusés par l'Office fédéral de la statistique.

INDUSTRIE: Arbonia a trouvé un nouveau propriétaire pour la division Services industriels avec Paragon Partners. La vente concerne la totalité du capital-actions et s'achèvera en 2017, a indiqué le spécialiste thurgovien du bâtiment. Le produit de la cession sera consacré à la réduction de l'endettement net. La société avait entamé les recherches d'un nouveau propriétaire en juillet. Arbonia souhaite, en effet, se concentrer sur les trois divisions clés de la technique du bâtiment, des portes et des fenêtres.

IMMOBILIER: PSP Swiss Property a dégagé un bénéfice net en hausse de 60,7% après neuf mois en 2017, à un peu plus 165,1 millions de francs, principalement grâce à la vente de bâtiments et revalorisations. Hors ces effets, le résultat net de la société immobilière zougoise a augmenté de 4,6%, à 138,2 millions. Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) a crû de 1,5%, à 187,4 millions de francs, a indiqué l'entreprise basée à Zoug. La marge correspondante s'est quant à elle améliorée d'un demi-point de pourcentage sur un an, à 82%.

FISCALITÉ: Le commissaire européen à la Fiscalité et aux affaires économique, Pierre Moscovici, a promis de "frapper au portefeuille" les fraudeurs et paradis fiscaux lors d'un débat sur les révélations des "Paradise Papers" au Parlement européen à Strasbourg. "Il faut frapper au portefeuille les fraudeurs et les paradis fiscaux pour faire bouger les lignes", a insisté Pierre Moscovici, "profondément indigné" par ces révélations.

ats/

(AWP / 14.11.2017 17h25)
News les plus lues