Résumé des principales informations économiques mardi 21 novembre 2017

Berne (awp/ats) - Principales informations économiques de la journée, résumées par l'ats:

COMMERCE EXTÉRIEUR: Après une pause en septembre, les exportations de la Suisse sont reparties à la hausse en octobre. Après correction des jours ouvrables, elles ont progressé de 5%. Les importations ont pour leur part crû de 7%, contribuant aussi au dynamisme du commerce extérieur helvétique. En termes réels et toujours en rythme annuel, les livraisons vers l'étranger ont augmenté de 2,3%, à 19,3 milliards de francs, précise l'Administration fédérale des douanes (AFD). Elles ont cependant affiché un tassement au regard du mois précédent, se contractant de 2% après dessaisonalisation.

HORLOGERIE: L'horlogerie suisse a continué de profiter de la reprise de quelques marchés clés et a bénéficié d'un effet de base très favorable en octobre. Les exportations du secteur ont progressé de 9,3% sur un an, à plus de 1,8 milliard de francs. Les exportations horlogères ont ainsi enregistré en octobre leur septième hausse mensuelle de l'année. Sur dix mois, la branche a également confirmé son redressement et affiche une progression de 2,4%, a indiqué la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH).

INDUSTRIE: Le franc fort pose toujours un problème existentiel aux petites et moyennes entreprises (PME) de l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM), selon une étude. Ce facteur pèse massivement sur les marges. En conséquence, la Banque nationale suisse (BNS) doit viser un objectif de taux de change stratégique franc/euro compris entre 1,18 et 1,20, selon une étude publiée par l'Université de Saint-Gall, sur mandat de l'organisation faîtière des PME de l'industrie MEM Swissmechanic et du syndicat Unia.

BRASSERIE: Grâce aux températures records de juin, les ventes de bière en Suisse n'ont que légèrement reculé au terme de l'année brassicole 2016/2017, close fin septembre. Tandis que les importations ont chuté de 3,5%, les brasseurs helvétiques ont triomphé. La consommation globale s'est légèrement tassée de 0,2% en comparaison annuelle à 4,61 millions d'hectolitres, annonce l'Association suisse des brasseries (ASB). Néanmoins, l'exercice s'est avéré fructueux pour les quelque 830 brasseurs indigènes.

INDUSTRIE: La direction d'ABB Sécheron et les employés ont trouvé un accord après 6 jours d'arrêt de la production à Meyrin (GE). L'arrangement confidentiel a convaincu le personnel visé par la suppression d'environ 150 postes de reprendre le travail. D'ici mi-décembre, "tout devra être mis en oeuvre pour garantir les emplois à Genève", a relevé Unia. Les parties signataires vont discuter pour atteindre cet objectif et notamment renforcer les pôles d'excellence du site avec l'aide de spécialistes et du syndicat.

PHARMA: L'industrie pharmaceutique suisse a réussi à poursuivre son expansion ces deux dernières années, en dépit d'un contexte conjoncturel difficile. L'essor économique des entreprises de la branche rejaillit également sur d'autres secteurs, selon une étude. En raison de la forte croissance réelle de sa valeur ajoutée (+7,2% en moyenne ces dix dernières années), la branche pharmaceutique a apporté une contribution considérable à la croissance suisse. Elle a généré l'an dernier une valeur ajoutée brute de 28,9 milliards de francs, relève une étude de BAK Economics et Polynomics, sur mandat de l'association faîtière du secteur Interpharma.

HÔTELLERIE: L'année 2017 sera parmi les 3 meilleures sur 10 ans pour les hôteliers genevois, selon leur président. Le conseiller d'Etat Pierre Maudet a lui "de bonnes raisons de penser" qu'un cadre réglementaire de plates-formes comme Airbnb sera établi d'ici à la fin de l'année. La clientèle du Moyen-Orient "a été au rendez-vous", de même que d'autres, a souligné le président de la Société des hôteliers de Genève (SHG) Thierry Lavalley, lors de l'assemblée générale de la faîtière. Mais les récentes arrestations massives en Arabie Saoudite ou encore d'autres incertitudes politiques dans la région comme la crise entre plusieurs pays et le Qatar l'inquiètent.

TRANSPORT AÉRIEN: Le bénéfice net annuel d'EasyJet a décroché de 30% du fait d'une concurrence exacerbée dans le secteur aérien. La compagnie britannique prévoit un rebond de ce profit lors de l'année à venir. Entre octobre 2016 et septembre 2017, période de son exercice comptable, la compagnie au logo orange et blanc a dégagé un bénéfice net de 305 millions de livres (398 millions de francs), a-t-elle annoncé dans un communiqué.

TOURISME: La saison estivale 2018 s'annonce prometteuse pour Hotelplan Suisse. Les premières tendances montrent des réservations beaucoup plus précoces, tandis que la demande pour la Tunisie et l'Egypte remonte la pente. Le voyagiste de Migros tire un "bilan intermédiaire positif" de l'exercice 2016/2017, clos fin octobre, indique-t-il dans un communiqué. Les chiffres ne seront toutefois publiés qu'au printemps, avec les résultats du géant orange.

AUTOMOBILE: Les constructeurs automobiles allemands, dont la production devrait atteindre un niveau record cette année, devraient continuer à croître en 2018, a déclaré la fédération automobile d'Allemagne (VDA). Le secteur profite d'une forte demande en Asie. La production globale de constructeurs comme Volkswagen, Daimler et BMW devrait augmenter "significativement" cette année par rapport à 2016 pour atteindre 5,6 à 5,7 millions d'unités en Allemagne et environ 10,8 millions dans le reste du monde, a précisé le président de la VDA, Matthias Wissmann.

RÉASSURANCE: Le secteur de la réassurance ainsi que les branches d'activité choses et responsabilité civile devraient profiter d'une hausse de prix à l'avenir. En raison des niveaux de prix bas ainsi que des catastrophes naturelles ayant touché les Caraïbes et les Etats-Unis, il est fort probable que les prix augmentent, a déclaré le chef économiste de Swiss Re, Kurt Karl, lors d'une conférence de presse à Londres. A l'occasion de cette manifestation, M. Karl a présenté l'étude "Global insurance review 2017 and outlook 2018/19" du Swiss Re Institute. Le responsable considère qu'après le recul des prix observés les dernières années, un changement de tendance devrait intervenir prochainement. En outre, le secteur devrait continuer à être soutenu par une bonne conjoncture présentant une croissance modérée.

TECHNOLOGIES: Le géant chinois de l'internet Tencent a vu sa valorisation atteindre un niveau record et détrôner l'américain Facebook pour intégrer le top-cinq des plus gros groupes mondiaux, reflétant la montée en puissance des mastodontes technologiques du pays. Tencent, opérateur de jeux vidéos et de la très populaire application de messagerie WeChat, se hisse désormais au niveau de ses rivaux de la Silicon Valley, devenant le tout premier groupe technologique asiatique valorisé à plus de 500 milliards de dollars.

AELE: Une conférence ministérielle de l'Association européenne de libre-échange (AELE), qui réunit l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, se tiendra la semaine prochaine à Genève. Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), y représentera la Suisse. Tenues sous la présidence d'Aurelia Frick, la ministre liechtensteinoise des affaires étrangères, de la justice et de la culture, les discussions porteront sur la politique de libre-échange des États de l'AELE vis-à-vis des États non membres de l'Union européenne (UE), précise le DEFR. Les ministres évoqueront également les conséquences pour l'AELE de la sortie prévue du Royaume-Uni de l'UE.

INDUSTRIE: Le groupe industriel zurichois Sulzer a annulé l'acquisition prévue de la société néo-zélandaise Simcro. La transaction n'a pas reçu l'aval des autorités compétentes en Nouvelle-Zélande dans le temps imparti. Le rachat avait été annoncé en mai dernier. Sulzer poursuit malgré tout sa stratégie de développement pour sa division dédiée aux systèmes d'application, comme le montre dernièrement l'acquisition de Transcodent, a précisé le groupe.

BANQUES: JPMorgan est la banque présentant le plus de risques pour la stabilité du système financier international. L'établissement américain mène la liste des 30 instituts mondiaux présentant des risques systémiques, au rang desquels figurent UBS et Credit Suisse. Dévoilée par le Conseil de stabilité financière (FSB), la liste appelée G-SIB et actualisée chaque année, compte 5 catégories de banques. Aucun établissement ne figure dans le niveau supérieur, soit celui des établissements nécessitant un taux de fonds propres pondérés des risques supérieur de 3,5 points de pourcentage aux exigences fixées par le Comité de Bâle.

ats/

(AWP / 21.11.2017 17h25)
News les plus lues