Revue de presse du dimanche 26 août 2018

Sydney (awp/ats) - L'utilisation de faux documents en forte hausse en Suisse, mais aussi l'augmentation du nombre de réfugiés traversant la Suisse figurent en bonne place dans la presse dominicale. Voici les principales informations du jour non confirmées à Keystone-ATS:

Le Matin Dimanche: Le nombre de faux passeports est en hausse sur les chantiers suisses, relate Le Matin Dimanche. "Il est facile (...) de se procurer un kit complet d'identité: passeport, carte d'identité et permis de conduire", détaille dans le journal Simon Baechler, chef adjoint au service forensique de la police neuchâteloise. Les faux documents, qui se réfèrent à des pays membres de l'UE et de l'AELE, permettent à des travailleurs extra-européens d'accéder au marché suisse. La plupart des fraudeurs sont issus des pays de l'Europe de l'Est et des Balkans. Ils se procurent les documents falsifiés en Macédoine, en Italie, au Kosovo ou en Bulgarie. Le prix d'achat varie entre 1500 francs et plus de 20'000 francs, selon plusieurs experts interrogés par le journal. "Nous ne connaissons manifestement que la pointe de l'iceberg. Le nombre de documents trafiqués sur les chantiers est totalement sous-évalué", avertit Emmanuel Fivaz, inspecteur scientifique de la police neuchâteloise.

Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag: Des communes suisses ne contrôlent pas suffisamment les passeports des citoyens de pays tiers, ce qui leur permet de bénéficier indûment d'un droit de séjour, met en garde l'Association suisse des services des habitants (ASSH). Cette dernière appelle les communes à vérifier systématiquement les documents étrangers pour chaque nouvelle demande et pour chaque requête de prolongation, rapportent Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Rien qu'en ville de Berne, quelque 50 documents et pièces d'identité contrefaits sont découverts chaque année, déclare dans les journaux l'inspecteur de police Alexander Ott. Les fraudeurs sont pour la plupart des Kosovars, Albanais, Serbes, Turcs, Russes, Chinois et Brésiliens. Un appareil de lecture de passeport détecte de manière fiable les documents falsifiés, mais son prix atteignant 23'000 francs, peu de communes s'en sont équipées.

SonntagsBlick: Toujours plus de réfugiés traversent la Suisse dans des trains de marchandises, indique le SonntagsBlick. Comme les contrôles à la frontière autrichienne ont été fortement renforcés, ils se rabattent sur les lignes ferroviaires traversant la Suisse, pour aller d'Italie au nord de l'Europe. Des policiers du Bade-Wurtemberg ont déjà intercepté 254 migrants cette année entrant illégalement en Allemagne par des trains de marchandises venant de Suisse. En 2016, 52 cas avaient été enregistrés et 23 en 2017. La moitié de ces passagers clandestins sont des Nigérians. Plusieurs réfugiés se sont gravement blessés en Suisse en montant sur les trains. Des cas mortels ont été enregistrés en Allemagne et en Autriche. Les autorités ont décidé de renforcer leurs contrôles.

NZZ am Sonntag: L'ambassadeur des Etats-Unis en Suisse, Edward McMullen, encourage Berne à engager de nouvelles négociations commerciales avec Washington. Un accord de libre-échange serait une bonne chose, selon lui. Les Etats-Unis sont toujours intéressés à des négociations et le président étasunien Donald Trump est un homme d'affaires, qui est toujours ouvert à un accord, affirme M. McMullen dans la NZZ am Sonntag. Mais c'est à la Suisse de faire le premier pas, souligne-t-il. "Je vous encourage à le faire". Les Etats-Unis sont le deuxième plus important partenaire commercial de la Suisse après l'Allemagne. Malgré l'importance des échanges commerciaux, il n'existe aucune convention de libre-échange entre les deux pays. En 2006, des projets d'accord ont avorté en raison principalement de l'opposition des paysans suisses et du secteur bancaire.

NZZ am Sonntag: Le temps d'enseignement dans les gymnases suisses a fortement diminué ces 30 dernières années, malgré une hausse des exigences, rapporte la NZZ am Sonntag, citant une étude de la société suisse des professeurs de l'enseignement secondaires (SSPES). En moyenne, 3% des leçons ont été supprimées. Dans les cantons de Berne et de St-Gall, la réduction du temps d'enseignement atteint 10%. Avec une baisse de 4%, Zurich est dans la moyenne. A l'opposé, les étudiants vaudois ont vu leur pensum augmenter de 4%. Selon l'enquête, les lycéens genevois passent au total 500 heures de moins sur les bancs d'école que les Appenzellois des Rhodes-Intérieures, soit environ un semestre. Le journal pointe l'avancement des examens du baccalauréat avant les vacances d'été et les mesures d'austérité. Les effets de cette réduction du temps d'enseignement n'affectent pas immédiatement les performances des élèves, mais se révèlent au fil des ans, met en garde Lucius Hartmann, vice-président de la SSPES.

SonntagsZeitung: Hotelleriesuisse et Suisse Tourisme vont diffuser l'été prochain une brochure sur les clients juifs, écrit la SonntagsZeitung. Le document doit permettre d'éviter tout malentendu, explique Patric Schönberg, cité par le rapport d'Hotelleriesuisse. Le texte ne traite pas spécifiquement des hôtes juifs orthodoxes, mais de leur culture et leur comportement. L'objectif est de distribuer la brochure aux hôtels, aux offices du tourisme et aux détenteurs d'appartements de vacances. Des incidents survenus à Arosa (GR) l'année passée et récemment à Davos (GR) ont démontré que le secteur avait besoin d'informations. Dans le premier cas, un hôtel avait invité par affiche les hôtes juifs à prendre une douche avant et après avoir nagé dans la piscine, ce qui avait provoqué l'indignation. A Davos, la population s'est plainte des déchets abandonnés et du comportement de juifs orthodoxes dans la station.

NZZ am Sonntag: Philippe Gaydoul, le petit-fils du fondateur de Denner, va vendre la semaine prochaine le fabricant de chaussures Navyboot, affirme la NZZ am Sonntag, citant une source proche du dossier. La transaction est déjà conclue, mais le nom du repreneur n'est pas connu. Une porte-parole de Navyboot n'a pas souhaité commenter "des rumeurs". Selon le journal, M. Gaydoul a reçu plusieurs offres d'achat ces dernières années, la plupart venant d'Extrême-Orient. M. Gaydoul a acquis Navyboot il y a dix ans pour un montant estimé à 100 millions de francs. Les ventes n'ont pas évolué comme souhaité, malgré des investissements d'environ 60 millions de francs.

Note: Ces informations n'ont pas été confirmées par l'ats.

(AWP / 26.08.2018 07h31)
News les plus lues