Rio Tinto fait un pas de plus vers la sortie du charbon en cédant des mines australiennes

Sydney - Le géant Rio Tinto a fait un pas de plus vers une sortie du charbon en annonçant la vente de l'essentiel de ses mines australiennes au chinois Yanzhou Coal Mining pour 2,45 milliards de dollars.

Cet accord annoncé mardi soir s'inscrit dans une stratégie amorcée depuis plusieurs années par le groupe minier anglo-australien pour se concentrer sur les secteurs d'activité les plus profitables.

L'accord, qui doit encore être validé par le régulateur australien, porte sur la vente de Coal & Allied.

Cette filiale de Rio opérant plusieurs mines dans l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud doit être cédée à Yancoal Australia contre un premier paiement de 1,95 milliard de dollars, auquels s'ajouteront 500 millions de dollars qui seront versés en cinq ans.

Yancoal Australia, coté à Sydney, appartient à 78% au groupe public chinois Yanzhou Coal Mining, qui contrôle déjà plusieurs mines australiennes.

Cette cession signifie que Rio Tinto n'opère plus que deux mines de charbon en Australie, un pays qui était jadis central dans son activité énergétique.

"Cette vente crée de la valeur pour nos actionnaires et est cohérente avec la stratégie de réorganisation de notre portefeuille qui tend vers une utilisation plus efficace de notre capital", a déclaré dans un communiqué le directeur général de Rio Tinto, le Français Jean-Sébastien Jacques.

"Nos actifs de classe mondiale, notre solide compte de résultats et l'attention constante que nous portons à notre trésorerie permettront de générer encore plus de retours pour nos actionnaires."

Cette vente signifie que Rio Tinto a accepté depuis 2013 de se délester de plus de 7,7 milliards d'actifs dans le cadre de la réorganisation de son portefeuille.

Si elle est menée à terme, Rio Tinto n'opérera plus en Australie selon Bloomberg que deux mines de charbon, Hail Creek et Kestrel. Situées dans le Queensland (nord-est), ces deux mines produisent essentiellement du charbon à coke destiné à la sidérurgie.

Les groupes miniers du monde entier sont à la peine pour faire face à la chute des matières premières au moment où l'appétit de la Chine pour les matières premières, qui semblait insatiable, s'amenuise.

La consommation mondiale de charbon devrait connaître un coup de frein jusqu'en 2021, selon l'Agence internationale de l'énergie, en raison d'une croissance économique globalement molle qui pèse sur la demande d'électricité, du développement des énergies renouvelables et d'une efficacité énergétique accrue dans le cadre des politiques déployées pour lutter contre le changement climatique.

Rio Tinto doit annoncer en février ses résultats pour 2016. Le groupe avait publié en février 2016 une perte nette de 866 millions de dollars américains en 2015, à comparer avec les 6,53 milliards de dollars de bénéfices enregistrés en 2014.

grk/jac/mf

RIO TINTO PLC

(©AFP / 25 janvier 2017 04h36)