Roche revendique des succès pour Tecentriq/Avastin et Hemlibra

(synthèse actualisée avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Roche revendique jeudi une efficacité supérieure de sa combinaison de Tecentriq (atezolizumab) et d'Avastin (bevacizumab) associés à une chimiothérapie contre un type de cancer du poumon, par rapport à l'Avastin seul en complément d'une chimiothérapie. Les analystes accueillent une série de données concluantes, sans pour autant s'enflammer.

Le laboratoire rhénan se félicite dans la foulée d'un succès d'étape en étude clinique de phase III (Haven 4) sur l'Hemlibra (emicizumab), son traitement contre l'hémophilie A récemment homologué par l'Agence sanitaire des Etats-Unis (FDA).

La combinaison Tecentriq/Avastin a permis de réduire de 38% le risque de progression du cancer du poumon non squameux et non à petites cellules (NSCLC) ou de décès, comparés à un traitement avec l'Avastin, dans les deux cas accompagnés d'une chimiothérapie (carboplatine et paclitaxel). Le traitement combiné présente également un meilleur taux de contraction des tumeurs.

La période moyenne de survie des patients sans progression de la maladie (PFS) s'est élevée à 8,3 mois, contre 6,8 mois dans la population de comparaison.

L'étude IMpower 150 devient ainsi "la première étude de phase III démontrant une réduction du risque d'aggravation de la maladie pour une immunothérapie combinée en première ligne de traitement au sein d'un groupe de patients atteints de NSCLC non squameux avancé", assure la responsable médicale de Roche, Sandra Horning, citée dans le communiqué.

Les résultats détaillés seront présentés à l'occasion du prochain congrès de la Société européenne d'oncologie clinique (Esmo), qui débute ce soir.

L'administration prophylactique de l'Hemlibra une fois toutes les quatre semaines a de son côté démontré selon des résultats encore provisoires une amélioration du contrôle des saignements chez les patients adultes ou adolescents atteints d'hémophilie A, présentant ou non une inhibition du facteur de coagulation VIII, indique Roche dans un communiqué distinct.

L'administration mensuelle de l'Hemlibra a généré des résultats comparables, bien que non chiffrés, avec les dosages hebdomadaires ou bimensuels.

SUFFISANT MAIS PAS CONVAINCANT

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) accueille des résultats "pas mauvais" présentés en oncologie, rappelant au passage que l'attente fut bien longue. La prolongation constatée de l'espérance de vie sans progression de la maladie laisse songeur son analyste, qui anticipait au moins 4 mois au lieu du mois et demi annoncé.

Même son de cloche pour Morgan Stanley, qui évoque des résultats plutôt probants, même si les détails de l'étude IMpower150 soulèvent des questions. Selon l'expert de la banque américaine, la différence minime entre les deux thérapies combinées - une avec et une sans Tecentriq - n'est pas suffisante pour convaincre les investisseurs.

Baader Helvea estime pour sa part que Roche dispose de données suffisantes pour présenter des demandes d'homologation de sa combinaison oncologique expérimentale et anticipe un feu vert de la FDA pour Tecentriq/Avastin dès le milieu de l'année prochaine.

Le courtier genevois nuance le relatif désavantage de ce combo par rapport au Keytruda de Merck en matière de prévention de la progression de la maladie, rappelant à cet égard que le laboratoire américain avait observé en phase II une amélioration inhabituelle dans la population de comparaison. Le profil de risque semble plaider en faveur du produit du laboratoire rhénan.

Deutsche Bank estime également que les résultats présentés ce jour sont suffisants pour des demandes d'autorisation. "Mais de nombreuses questions restent ouvertes", souligne son analyste, laissant entendre que les investisseurs vont dans les prochains temps adopter une posture plus attentiste.

A la Bourse suisse, le bon de jouissance Roche a connu une séance chahutée, avec un écart de plus de 10 CHF entre le plus haut et le plus bas du jour. Progressant dans la matinée jusqu'à titiller la barre des 251 CHF, le titre a depuis pris le chemin de la cave, atteignant 240,10 CHF dans l'après-midi.

Malgré un redressement ténu en fin de séance, le "bon" termine en recul de 2,0% à 242,30 CHF, alors que le SMI des valeurs vedettes s'est étiolé de 0,42%.

jh/lk/buc

(AWP / 07.12.2017 17h34)
News les plus lues