Rome accuse Bruxelles de "défaillance" dans ses prévisions économiques

Milan - Le ministre italien de l'Economie, Giovanni Tria, a accusé jeudi la Commission européenne de "défaillance technique" en établissant ses prévisions de déficit pour l'Italie, beaucoup plus pessimistes que celles du gouvernement, qui a souligné qu'il maintenait le cap.

"Les prévisions de la Commission européenne relatives au déficit italien divergent beaucoup de celles du gouvernement italien et découlent d'une analyse non attentive et partielle" du budget italien, "malgré les informations et éclaircissements fournis par l'Italie", a-t-il critiqué.

"Nous regrettons de constater cette défaillance technique de la Commission, qui n'influera pas sur la poursuite du dialogue constructif avec la Commission dans lequel s'est engagé le gouvernement italien", a poursuivi M. Tria.

"Reste le fait que le Parlement italien a autorisé un déficit maximum de 2,4% en 2019, que le gouvernement s'est engagé à respecter", a-t-il encore souligné.

Dans ses prévisions d'automne, l'exécutif européen estime que le déficit de l'Italie atteindra 2,9% de son Produit intérieur brut (PIB) l'an prochain, puis 3,1% en 2020, soit bien au-delà des prévisions de Rome, qui table sur 2,4% en 2019 et 2,1% l'année suivante.

Bruxelles a rejeté le 23 octobre le projet de budget italien pour 2019, une première dans son histoire, jugeant largement en dehors des clous européens les chiffres présentés par la coalition populiste au pouvoir à Rome, formée de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème).

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a souligné de son côté jeudi que les prévisions de la Commission "sous-évaluaient l'impact positif de la loi de finances et des réformes structurelles".

"Nous allons de l'avant avec nos estimations (...) Il n'y a pas de présupposé pour mettre en discussion (leur) fondement", a-t-il ajouté dans un communiqué.

M. Conte a jugé "absolument invraisemblable tout autre type de scénario sur les comptes publics italiens": "le déficit diminuera avec la croissance et ceci permettra de baisser le ratio dette/PIB à 130% l'an prochain et jusqu'à 126,7% en 2021", a-t-il martelé.

"L'Italie n'est pas du tout un problème pour les pays de la zone euro, mais contribuera à la croissance de tout le continent", a encore assuré M. Conte.

(©AFP / 08 novembre 2018 14h00)
News les plus lues