Roumanie: un ministre condamné à la prison avec sursis pour fraude électorale

Bucarest - Le ministre roumain du Développement régional et de l'Administration Liviu Dragnea a été condamné vendredi à un an de prison avec sursis dans un dossier de fraude électorale lors du référendum sur la destitution du président en 2012.

La Haute cour de cassation a condamné M. Dragnea, président exécutif du Parti social démocrate (PSD), pour avoir usé de son influence au sein du parti dont il était à l'époque secrétaire général afin d'obtenir des avantages électoraux indus selon le parquet anticorruption.

Le ministre a annoncé vendredi sa démission, tout en rejetant les accusations.

Selon les enquêteurs, il aurait coordonné un mécanisme complexe, dans lequel il a impliqué plusieurs personnes sur lesquelles il avait de l'influence dans le but d'altérer des résultats concernant la participation au vote, un taux de participation minimum étant requis pour valider le référendum.

Plus de 70 personnes, responsables locaux du PSD ou membres des bureaux de vote, ont été jugées dans cette affaire. Une vingtaine d'entre elles ont été blanchies vendredi. La décision de la justice n'est pas définitive.

L'Union sociale-libérale (USL), coalition au pouvoir lors du référendum du 29 juillet 2012, qui regroupait le PSD, les libéraux du PNL et le Parti conservateur, avait tenté d'obtenir la destitution du président de centre-droit Traian Basescu.

Pour cela, elle devait obtenir une majorité de oui dans un référendum qui aurait recueilli une participation de plus de 50% des inscrits pour être valide.

M. Dragnea aurait chargé des proches du parti de faire tout ce qu'ils pouvaient notamment en violant la loi pour que ce taux soit atteint, selon le parquet anticorruption.

M. Basescu est demeuré au pouvoir, le référendum ayant été invalidé en raison d'un taux de participation inférieur au seuil minimum requis. Une majorité des votants, plus de 87%, s'était prononcée pour son départ.

Pour sa part, le Premier ministre Victor Ponta a affirmé vendredi que la décision de la Cour Suprême est de nature symbolique.

(©AFP / 15 mai 2015 13h33)
News les plus lues