Royaume-Uni: une ministre enjoint les ONG d'empêcher les abus sexuels

Londres - La ministre britannique au Développement international Penny Mordaunt a réclamé mercredi un changement radical dans la façon de travailler des ONG afin d'éviter un scandale sexuel comme celui entourant Oxfam, sans quoi l'aide gouvernementale s'arrêterait alors qu'Oxfam est déjà confrontée à une fuite des dons.

"Nous voulons un changement des procédures (...), que les personnels rendent compte de leurs actions", a déclaré Mme Mordaunt lors d'un colloque international à Stockholm, dont des extraits ont été diffusés par ses services à Londres.

Évoquant "des accusations terrifiantes", elle a appelé les organisations d'aide à garantir la protection de toutes les personnes impliquées dans leurs activités, demandé une culture de la transparence et le traitement de tous les incidents rapportés, faute de quoi son gouvernement cesserait de travailler et de financer ces organisations.

"Les abus sexuels et l'exploitation sont un sujet auquel tous les secteurs du développement doivent se confronter", a-t-elle assuré aux participants du colloque Agenda 2030 sur la protection des enfants.

L'ONG basée en Grande-Bretagne Oxfam est au centre d'un scandale après la découverte de graves dysfonctionnements et d'abus sexuels commis par certains de ses personnels en Haïti, au Tchad et au Soudan du Sud, mais aussi dans ses boutiques au Royaume-Uni.

Elle a perçu environ 32 millions de livres (36 millions d'euros) de subventions du gouvernement britannique sur l'année 2016/2017, un montant représentant près de 8% de ses ressources annuelles.

Mercredi, une porte-parole de l'ONG a indiqué que l'organisation humanitaire avait enregistré 1.270 annulations de dons par prélèvement automatique entre samedi et lundi - contre une moyenne mensuelle de 600.

Cible de plusieurs accusations, le Belge Roland van Hauwermeiren, ancien directeur pays au Tchad et en Haïti pour Oxfam avant de démissionner, avait fait l'objet dès 2004 d'une plainte pour abus sexuel, lorsqu'il était en poste au Libéria pour l'ONG britannique Merlin.

Cette plainte émanait d'une collaboratrice sur place, l'ancienne travailleuse humanitaire suédoise Amira Malik Miller.

"Il contourne le système... du Liberia au Tchad à Haïti et le Bangladesh. Quelqu'un aurait dû vérifier correctement", a-t-elle raconté à Irin, l'agence de presse humanitaire des Nations unies.

Interrogé par l'AFP, le directeur d'Oxfam au Tchad, Elkane Mooh, a par ailleurs indiqué que lui et son équipe étaient "choqués et consternés", évoquant "le comportement inacceptable d'un petit nombre de personnes et de la nécessité d'une approche sectorielle pour s'attaquer à ce fléau".

Oxfam n'avait pas fait part de ses craintes sur le comportement de Van Hauwermeiren quand celui-ci était devenu chef de mission pour Action contre la faim (ACF) au Bangladesh de 2012 à 2014.

Le scandale a entraîné la démission lundi de la directrice générale adjointe d'Oxfam Penny Lawrence. Mardi soir, l'actrice et chanteuse britannique Minnie Driver, nommée au Oscars, a annoncé sa démission de son rôle d'"ambassadrice" d'Oxfam, première célébrité à claquer la porte.

D'autres sponsors et partenaires d'Oxfam ont dit examiner la situation, dont Visa et l'enseigne de distribution britannique Marks and Spencer.

fb-mpa/roc

MARKS AND SPENCER GROUP


(©AFP / 14 février 2018 15h18)
News les plus lues