Schmolz+Bickenbach relève la tête et réduit sa dette après neuf mois

(synthèse avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Le groupe industriel Schmolz+Bickenbach (S+B) confirme son redressement après les neuf premiers mois de 2014. Les chiffres au troisième trimestre viennent confirmer ce regain de forme, à l'exception de ventes se situant en dessous des prévisions des analystes. A la Bourse suisse, les investisseurs ont fait les yeux doux à l'aciériste lucernois.

S+B n'a certes pas satisfait les prévisions en termes de chiffre d'affaires. Les ventes progressent néanmoins de 5% au troisième trimestre par rapport à la même période en 2013, se fixant à 823,5 mio EUR, selon un communiqué diffusé jeudi. Le volume progresse plus modérément, de 1,8% à 509 kilotonnes. Le flux de trésorerie régresse d'un quart à 15,5 mio CHF.

En découle un EBIT multiplié par sept à 25,2 mio CHF. Le résultat brut d'exploitation (EBITDA) a plus que doublé à 57,1 mio EUR, dépassant les prévisions des analystes du consensus AWP. La marge afférante grappille 2,3 points de pourcentage à 34,4%.

Le groupe lucernois dégage un bénéfice net de 10,6 mio CHF, bien loin de la perte de 25,6 mio enregistrée au 3e trimestre 2013 et supérieur aux attentes des analystes.

Les résultats sur neuf mois sont du même tonneau et tous les postes importants enregistrent une progression. Le volume de ventes a enflé de 5,4% à 1647 kilotonnes et le chiffre d'affaires de 1,1% à 2,55 mrd EUR.

Le résultat brut d'exploitation se voit multiplié par deux à 199,4 mio EUR. Le bénéfice net revient en zone bénéficiaire à 45,8 mio EUR.

RESTRUCTURATION SUR LA BONNE VOIE

La direction se déclare satisfaite des chiffres trimestriels et affiche sa détermination à poursuivre son programme d'augmentation de l'efficience. "Nous avons constaté une amélioration des prises de commandes, du carnet de commandes et des volumes de ventes", s'est réjoui Clemens Iller, directeur général (CEO) de S+B, jeudi lors d'une conférence téléphonique. "Les améliorations apportées sur le plan opérationnel ont largement contribué à ce résultat", a-t-il ajouté.

La mise en oeuvre de la stratégie de S+B est en bonne voie et des projets importants s'apprêtent à être lancés, parmi lesquels la création de nouveaux postes au développement technique, à la centrale d'achats ou à la coordination des ventes, mais aussi la réorganisation de la division ventes et services.

Le CEO confirme par ailleurs son intention de vendre ses activités de distribution en Allemagne. Le patron espère que la cession interviendra à la mi-décembre.

Parmi les succès enregistrés par le groupe lucernois, M. Iller cite la note B+ attribuée par S&P. "Il s'agit de la deuxième amélioration depuis notre augmentation de capital d'octobre 2013", rappelle-t-il.

ZKB JOUE LES RABAT-JOIE

Vontobel voit ses prévisions confirmées, bien que le chiffre d'affaires ait manqué de peu la cible. La banque qualifie de "prestation solide" celle dévoilée par S+B au troisième trimestre. Le groupe lucernois, fort de son nouveau positionnement, possède de bonnes chances de dépasser ses concurrents. Vontobel confirme la recommandation "buy" et l'objectif de cours à 1,65 CHF.

UBS partage cet optimisme. Les chiffres trimestriels devraient renforcer la confiance des investisseurs à moyen terme, selon un analyste de la grande banque. L'établissement émet une recommandation "neutral" et fixe l'objectif de cours à 1,40 CHF.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) voit quelques ombres au tableau, malgré la profitabilité de S+B. Il pointe du doit un flux de trésorerie en recul à 16 mio EUR. En raison de la faiblesse conjoncturelle en Europe et de la chute des prix du nickel, le carnet de commandes a reculé à 0,50 mio de tonnes, contre 0,54 mio tonnes. La ZKB laisse sa recommandation inchangée à "pondérer au marché".

Les perspectives pour l'exercice en cours ont été corrigées à la baisse pour les ventes. La progression du chiffre d'affaires est attendue entre 1% et 2% contre 2% et 5% précédemment. Il en va tout autrement pour le volume des ventes, attendu en progression entre 4% et 5% à 2054 kilotonnes, alors que la fourchette se situait auparavant à 2-5%.

Les prévisions d'EBITDA sont également revues à la hausse. Elles se situent désormais entre 245 mio et 255 mio EUR, contre 210 à 230 mio EUR auparavant.

Schmolz+Bickenbach mise sur la prudence pour 2015, en raison de la détérioration de l'économie mondiale et de l'évolution du marché de l'acier ces dernières semaines.

A la Bourse, la nominative Schmolz+Bickenbach (S+B) a fini en hausse de 2,59% à 1,19 CHF dans un SPI en hausse minime de 0,08%. Ces derniers mois, l'action avait plutôt pâli après avoir atteint un plus haut annuel de 1,50 CHF en juin. En octobre, elle se morfondait à 1,08 CHF.

fr/buc

(AWP / 20.11.2014 17h50)