Sentsov : Macron propose des solutions d'urgence, Poutine va répondre

Paris - Le président français Emmanuel Macron a fait vendredi "plusieurs propositions" à Vladimir Poutine afin de "trouver de façon urgente une solution humanitaire" pour le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, auxquelles le chef de l'Etat russe "s'est engagé à répondre", a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Oleg Sentsov, détenu en Russie, observe une grève de la faim depuis près de trois mois et M. Macron, dans sa conversation au téléphone avec M. Poutine, a de nouveau exprimé son "inquiétude" sur son état de santé qui "semble se dégrader dangereusement".

Le président russe s'est également engagé auprès de son homologue à "diffuser rapidement des éléments sur son état de santé", souligné l'Elysée.

Le Kremlin a seulement confirmé aux agences de presse russes que le sort d'Oleg Sentsov avait été évoqué pendant l'entretien.

Emmanuel Macron avait déjà plaidé plusieurs fois en faveur d'Oleg Sentsov auprès de Vladimir Poutine.

Il lui avait parlé de son cas en mai pendant leur rencontre à Saint-Pétersbourg, puis lui avait adressé un courrier pour "lui faire part de sa vive préoccupation sur l'état de santé du cinéaste et lui demander de réagir rapidement".

Il lui en avait reparlé le 15 juillet au Kremlin, avant la finale du Mondial-2018. Le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, avait estimé le 10 juillet que "les droits élémentaires" de la défense d'Oleg Sentsov n'avaient "manifestement pas été respectés".

Le cinéaste de 42 ans, un opposant à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, craint que sa fin ne soit "proche", selon sa cousine. La porte-parole de la diplomatie ukrainienne Mariana Betsa a appelé les Occidentaux à "accroître la pression sur la Russie pour le faire libérer".

Oleg Sentsov a été condamné à 20 ans de privation de liberté pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et a entamé une grève de la faim le 14 mai.

D'autres gouvernements occidentaux emmenés par Emmanuel Macron ainsi que de nombreuses personnalités, comme l'écrivain américain Stephen King et l'acteur américain Johnny Depp, ont appelé le Kremlin à le libérer. La Cour européenne des droits de l'Homme a quant à elle demandé fin juillet à la Russie d'administrer "des soins appropriés" au cinéaste.

MM. Poutine et Macron ont par ailleurs discuté vendredi de la situation en Syrie et des conditions nécessaires à un retour des réfugiés, convenant de reparler de ce dossier début septembre et de poursuivre d'ici là les échanges franco-russes.

Le Kremlin a précisé que "les deux dirigeants avaient hautement apprécié l'opération commune russo-française" d'aide humanitaire dans la Ghouta orientale, un ex-bastion rebelle aux portes de Damas ayant subi un déluge de feu du régime syrien en mars-avril avant de capituler au bout de cinq ans de siège.

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 après la répression par le régime de manifestations pacifiques en faveur de réformes démocratiques. Elle a fait plus de 350.000 morts.

(©AFP / 10 août 2018 14h26)
News les plus lues