Sika: Saint-Gobain prend le contrôle pour 2,8 mrd CHF, la direction se braque

(synthèse avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Saint-Gobain veut prendre indirectement le contrôle de Sika pour 2,75 mrd CHF, a annoncé lundi le spécialiste français des matériaux de construction. Le conseil d'administration et la direction de la société de Baar sont fermement opposés à cette opération et ont menacé de se retirer. Le titre du fabricant de spécialités chimiques pour le bâtiment et l'industrie réagissait très mal à cette opération et plongeait à la Bourse suisse.

"Le rachat est acté", a insisté le directeur général (CEO) du groupe français Pierre-André Chalendar en conférence de presse, coupant court à toute éventualité de renégociation des modalités de la transaction. Enfonçant le clou, le patron a dit que "Saint-Gobain ne va pas faire une offre sur les autres actions".

L'entreprise de Courbevoie prévoit de racheter la holding Schenker Winkler de la famille fondatrice Burkard, qui détient 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote de Sika.

Un porte-parole de la famille fondatrice a justifié cette vente comme étant une "conséquence logique du changement de génération" au sein de la famille Burkard, selon l'agence ats. L'actionnaire historique est persuadé d'avoir trouvé "une bonne solution" avec la vente à Saint-Gobain, qui fêtera en 2015 ses 350 ans d'histoire.

La direction et le conseil d'administration de Sika ont vivement réagi à cette opération, estimant ne pas avoir été impliqués ou consultés au préalable. Pour ces derniers, l'opération "manque de logique industrielle et de potentiel de synergies". Elle entraînerait de plus, selon eux, une destruction de valeur dans la mesure où Sika ne serait plus en mesure de poursuivre sa stratégie de croissance qui a été jusqu'ici couronnée de succès.

Les responsables de la société de Baar ont menacé de démissionner si la transaction se faisait aux termes actuels, sans tenir compte des autres actionnaires détenant 84% du capital. M. de Chalendar espère néanmoins "résorber progressivement" le différend avec la direction de Sika. La finalisation du rachat est prévue "au plus tard" au second semestre 2015.

"SURPRISE" DE SAINT-GOBAIN

Le patron de Saint-Gobain a expliqué que la famille fondatrice cherchait un repreneur pour sa participation, ajoutant avoir eu samedi des "discussions très constructives" avec les responsables de la société suisse. Les deux parties devaient poursuivre les discussions dimanche.

Le CEO a "été surpris du revirement d'attitude" et ne se l'"explique pas", a-t-il poursuivi, insistant qu'il ne comptait "absolument pas" changer son projet de travailler avec la direction de Sika.

"Des synergies significatives peuvent être dégagées (par ce rachat) et elles bénéficieront à Sika", selon M. de Chalendar. Les cultures d'entreprises des deux groupes "sont très similaires", a-t-il ajouté.

Grâce à la proximité des activités des deux groupes, Saint-Gobain prévoit de générer des synergies de 100 mio EUR dès 2017, augmentées à 180 mio EUR par an à partir de 2019. L'opération sera créatrice de valeur à partir de la quatrième année.

Saint-Gobain espère ainsi ajouter 0,6 à 0,7 point de croissance interne supplémentaire par an et dégager un potentiel de croissance externe, notamment avec une accélération du développement dans les pays émergents et aux Etats-Unis. "Il s'agit d'une bonne opportunité pour les deux sociétés", a souligné M. de Chalendar. L'opération est entièrement financée par la trésorerie du groupe.

SAINT-GOBAIN MOINS CONVAINCANT QUE SIKA

Parallèlement, Saint-Gobain a mis en vente sa filiale Verallia, présentée comme étant l'un des leaders mondiaux de l'emballage en verre avec un chiffre d'affaires de 2,435 mrd EUR en 2013.

"Les deux opérations (...) vont accélérer le recentrage stratégique du groupe Saint-Gobain sur la conception, la production et la distribution des solutions innovantes et de haute performance pour l'habitat et l'industrie", a souligné le CEO.

Les analystes sont surpris par les intentions du groupe français. Sika a jusqu'ici bien réussi en tant que société indépendante et l'orientation à long terme de l'actionnariat a joué un rôle clé, a estimé la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Le développement de Saint-Gobain se révèle quant à lui nettement moins convaincant ces dernières années, selon l'établissement.

Baader Helvea a également évoqué une "grosse surprise". La famille Burkard est depuis la création de l'entreprise actionnaire majoritaire de Sika et sa sortie du groupe relevait jusqu'alors de la pure spéculation. Pour acquérir le paquet d'actions, Saint-Gobain paye le prix fort, a souligné la banque.

Le titre a souffert de ces annonces. Après une dégringolade de 15% à l'ouverture de la Bourse, l'action au porteur Sika a poursuivi sa chute de manière un peu moins abrupte tout au long de l'après-midi, pour finalement clôturer à 3033,00 CHF, en baisse de 21,95%.

al/jh/buc

(AWP / 08.12.2014 18h32)
News les plus lues